“Accord de principe” avec Engie : une communication de crise pour masquer un arrêt des réacteurs en 2025 et ses incertitudes

Le 22 juillet 2022

Comme nous l’avions prédit, la Vivaldi sort, avant la pause estivale,  un soi-disant « accord de principe avec Engie » qui n’est en réalité qu’un accord pour… commencer à négocier un tant soit peu sérieusement jusqu’en décembre 2022. Aujourd’hui donc, 22 juillet 2022, il n’y a toujours aucune certitude que les deux réacteurs rouvriront en 2026. La première pierre d’une nouvelle centrale au gaz, choix du gouvernement pour “compenser” la fermeture des réacteurs nucléaires, n’a toujours pas été posée. Pour DéFI, nous sommes face à un désastre énergétique et écologique total.

 

  • Publié le 22.07.2022

  • min.

Novembre 2021, mars 2022, juin 2022, juillet 2022,… et à présent décembre 2022!  De report de décision en report de décision, le gouvernement fédéral est toujours incapable de fournir aujourd’hui autre chose qu’une simple feuille de route et non un accord bouclé. Les termes prudents du communiqué sont clairs : RIEN ne garantit encore que ces deux réacteurs de Doel 4 et Tihange 3 seront bel et bien prolongés.

Une seule certitude : ces deux réacteurs seront bien éteints en 2025 ! Au mieux, ils pourront être relancés en 2026. C’est en soi un échec cuisant pour la Vivaldi, singulièrement pour le MR, qui s’était engagé à ce qu’il n’y ait pas d’interruption.

Faut-il rappeler que les deux réacteurs, Doel 3 et Tihange 2, ferment déjà cet hiver? A ce rythme-là, tous nos réacteurs seront à l’arrêt en 2025. Quelles sont les options crédibles sur la table du gouvernement pour compenser  cette baisse de production? Quel sera le prix à payer, par les citoyens et par les entreprises, de cet accord de principe qui ne donne aucun signe rassurant sur l’avenir énergétique de notre pays? 

En outre, prolonger deux réacteurs pour seulement dix ans est nettement insuffisant au regard de la crise énergétique annoncée. Rappelons-le: une prolongation de vingt ans des deux réacteurs est techniquement tout-à-fait possible. Se limiter à dix est donc une décision purement politique voire idéologique.

François De Smet, président de DéFI : “Cette extinction est entièrement à mettre sur le compte d’une Vivaldi qui, depuis deux ans, se dispute et a perdu en palabres le temps nécessaire à mettre sur pied la prolongation des réacteurs nucléaires sans interruption. L’approvisionnement en électricité pour l’hiver 2025 est donc d’ores et déjà en danger”.

Tags

  • Climat
  • Energie

Communiqué de presse

DéFI

Elections internes : trois candidats à la présidence nationale de DéFI

– LE 03 OCTOBRE 2022 –  Ce lundi 3 octobre, la commission électorale de DéFI s’est réunie pour valider les candidatures pour les postes de président et secrétaire général du part

03.10.2022

Communiqué de presse

Droits humains Migration

DéFI veut mettre fin à la détention d’enfants dans les centres fermés

 – LE 28 SEPTEMBRE 2022 –  La place des enfants, quelle que soit leur situation familiale, migratoire ou de résidence, n’est pas en détention. C’est au nom de ce principe que les d

28.09.2022