Dès le plus jeune âge, il est primordial de valoriser au mieux l’enseignement en immersion linguistique

Jeudi 23 juin 2022

Au regard de l’avant-projet de décret sur l’enseignement secondaire en immersion linguistique, qui sera adopté prochainement par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, DéFI tient à rappeler l’importance de l’apprentissage des langues, notamment à travers une meilleure valorisation de l’enseignement en immersion linguistique.

  • Publié le 23.06.2022

  • min.

Plusieurs problématiques constituent des entraves au déploiement de l’enseignement en immersion linguistique au sein de notre Fédération

Outre la réforme des rythmes scolaires récemment adoptée qui engendre une différence entre communautés, DéFI relève également plusieurs problématiques qui constituent des entraves au déploiement de l’enseignement en immersion linguistique au sein de notre Fédération. 

Premièrement, la différence salariale entre enseignants néerlandophones et francophones, l’infrastructure vieillissante ainsi que l’absence d’environnement technologique sont de véritables freins pour les écoles en immersion dans leur recherche d’enseignants néerlandophones, qui font également l’objet d’une forte demande dans l’enseignement flamand. Ensuite, le bon fonctionnement de ce type d’enseignement se voit perturber par l’absence d’un référentiel de compétence commun. De plus, dans le cadre de la formation initiale des enseignants, aucune filière spécifique à ce type d’enseignement n’est prévue. Enfin, l’enseignement en immersion linguistique ne dispose ni d’un examen de certification commun, ni d’une reconnaissance du parcours scolaire en immersion sur le diplôme. 

En ce sens, DéFI souhaite, dans le cadre de la discussion qui s’ouvrira en Commission de l’Education le mardi 5 juillet prochain, qu’une véritable politique de promotion de l’enseignement en immersion linguistique soit prévue, et ce dès la maternelle au travers de plusieurs leviers. 

En premier lieu, DéFI prône l’ouverture d’écoles fondamentales et secondaires en immersion linguistique dans chaque arrondissement administratif de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

En deuxième lieu, il faudrait conclure un nouvel accord de coopération avec les Communautés flamande et germanophone en vue de favoriser la mobilité des enseignants et de permettre le recrutement d’enseignants provenant d’une autre communauté linguistique. 

Concrètement, il est également primordial pour DéFI de reconnaître la filière immersive dans la formation initiale des enseignants, d’adopter des référentiels de compétences propres à l’enseignement en immersion linguistique, tout en préservant la liberté pédagogique de chaque école, de créer une Inspection spécifique de l’enseignement en immersion et de reconnaître le parcours en immersion sur les diplômes primaire et secondaire. 

En outre, DéFI estime que le décret Inscription devrait être révisé afin d’accorder la priorité d’accès aux écoles secondaires en immersion pour les élèves du niveau fondamental du même type.

Finalement, Défi rappelle sa demande de modification du Code de l’enseignement fondamental et secondaire afin de permettre aux établissements francophones de la Région bruxelloise qui le désirent d’organiser un enseignement en immersion dans une autre langue que le néerlandais, sans toucher au volume horaire des cours de néerlandais deuxième langue.

 

Tags

  • Enseignement

Communiqué de presse

DéFI

Elections internes : trois candidats à la présidence nationale de DéFI

– LE 03 OCTOBRE 2022 –  Ce lundi 3 octobre, la commission électorale de DéFI s’est réunie pour valider les candidatures pour les postes de président et secrétaire général du part

03.10.2022

Communiqué de presse

Droits humains Migration

DéFI veut mettre fin à la détention d’enfants dans les centres fermés

 – LE 28 SEPTEMBRE 2022 –  La place des enfants, quelle que soit leur situation familiale, migratoire ou de résidence, n’est pas en détention. C’est au nom de ce principe que les d

28.09.2022