Don du sang : les hommes homosexuels restent discriminés !

Le 10 mai 2022

La commission Santé du Parlement fédéral vient d’adopter la proposition de loi du PS qui maintient la période d’exclusion du don de sang touchant les seuls hommes homosexuels. Pour DéFI, la Vivaldi rate l’occasion de mettre fin à cette discrimination basée sur l’orientation sexuelle du donneur.

  • Publié le 10.05.2022

  • min.

En Belgique, les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes sont exclus du don de sang, sauf s’ils ont observé une période d’abstinence sexuelle d’un an. Les hétérosexuels ne doivent quant à eux témoigner d’aucune période d’abstinence, si ce n’est une période de 4 mois après le premier contact sexuel avec le nouveau partenaire.  

En mai 2021, DéFi a déposé une proposition de loi visant à mettre fin à cette discrimination alignant les hommes homosexuels sur le même régime que les hétérosexuels.

Le principe est de se baser non pas sur l’orientation sexuelle du donneur mais sur les comportements à risques.  

A l’inverse, la proposition de loi du PS qui vient d’être votée en commission de la Santé maintient un régime particulier propre aux hommes homosexuels avec une période d’abstinence sexuelle de 4 mois qui s’applique en tout état de cause, indépendamment de leurs comportements à risques ou non, de la stabilité de leur couple ou non , de leur dépistage régulier d’éventuelles MST ou non… 

La suppression de la période d’abstinence n’entrave pourtant aucunement la qualité du sang transfusé. En effet, les questionnaires pré-dons actuels permettent déjà d’écarter les personnes présentant des contre-indications.  Le sang est en outre systématiquement analysé avant d’être transfusé. 

Pour 4 des 8 experts du Conseil Supérieur de la Santé ayant rendu l’avis concernant le don de sang, lever le “critère” des hommes homosexuels doit être envisageable “à court terme”, sous réserve des adaptations nécessaires des questionnaires et des entretiens pré-don. 

C’est également la voie qu’a suivi la France, le Royaume-Unie, l’Espagne, l’Italie. qui ont accompagné la suppression de cette discrimination de questionnaires plus poussés sur les comportements à risques. 

L’amendement déposé par DéFI à la proposition de loi du PS – supprimer la période d’abstinence sexuelle touchant les seuls hommes homosexuels – permettait donc de mettre fin à une discrimination tout en garantissant la qualité du sang à transfuser. Malgré cela, la majorité Vivaldi, accompagnée du Vlaams Belang et de la NVA, a rejeté cet amendement.

Pour Sophie Rohonyi, députée fédérale, “ il s’agit d’une vraie occasion manquée ! Quelle hypocrisie de la part des partis de la Vivaldi qui prétendent vouloir mettre fin à cette discrimination mais qui la maintiennent! Une discrimination n’a pas à être maintenue pour des raisons budgétaires ou encore logistiques, a fortiori lorsque cette exclusion aggrave la pénurie de sang. Une discrimination ne s’atténue pas, elle se supprime !”.

Tags

  • Lutte contre les discriminations
  • Santé

Communiqué de presse

Bonne gouvernance Economie

Dette wallonne : il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir

– LE 26 SEPTEMBRE 2023 –  Daniel Soudant, président du comité permanent régional wallon de DéFI réagit à la déclaration d’Elio Di Rupo (Parti Socialiste) sur la dette wallonn

26.09.2023

Communiqué de presse

Discrimination Lutte contre les discriminations

La Région bruxelloise adapte sa législation pour plus de diversité dans ses administrations locales

– LE 19 SEPTEMBRE 2023 – Sur proposition du ministre bruxellois des Pouvoirs Locaux, Bernard Clerfayt, le gouvernement bruxellois entend renforcer la diversité au sein de la fonction pub

23.09.2023