“Plan Taxi” : pour DéFI, il est primordial d’élaborer un cadre juste, bénéfique pour le secteur des taxis et des LVC, pour les clients et la mobilité bruxelloise

Depuis l’ordonnance sparadrap, six mois se sont écoulés et le projet d’ordonnance a été présenté au Parlement bruxellois. Pour DéFI, cette ordonnance « Taxis », tant attendue, même si elle est le fruit d’un compromis et constitue un équilibre subtile, a le mérite de rendre la situation plus claire et stable à l’avenir. Il reste maintenant au Gouvernement à fixer le numerus clausus des véhicules et les règles liées aux tarifs des courses. Il lui reste également à ne laisser personne sur le bord du chemin et à instruire les demandes au plus vite afin de ne pas laisser certains chauffeurs sans activités dans l’intervalle.

  • Publié le 10.07.2022

  • min.

Pour DéFI, il est primordial que cette réforme mette fin au conflit permanent entre le secteur des taxis et des LVC

Deux des enjeux de cette ordonnance reposent sur la fixation du numerus clausus ainsi que sur la fixation des prix minimum et maximum des courses. Pour Marc Loewenstein, député bruxellois DéFI, “Il est essentiel que le Gouvernement bruxellois aborde ces deux enjeux de manière objective, transparente et périodique, qu’il fasse correspondre l’offre et la demande et qu’il soit attentif à la rentabilité du secteur, en veillant à fixer des prix attractifs pour les clients, et en veillant également à ce que le temps d’attente soit le plus court. Cette réforme doit se faire au service des chauffeurs (taxis et LVC) et des usagers, être créatrice d’emploi et être accompagnée d’une vision de mobilité”.

Pour DéFI, il est primordial que cette réforme mette fin au conflit permanent entre le secteur des taxis et des LVC et apporte enfin de la sérénité à ce secteur, notamment en mettant fin à la concurrence déloyale mais également en donnant de la stabilité et de la sécurité juridique pour tous. “Il y a de la place pour tout le monde, à condition que le cadre légal soit clair, adapté et respecté par tous”, poursuit Marc Loewenstein.  

Cette réforme doit également prendre en compte l’évolution des modèles économiques. Il est indispensable que le secteur évolue lui aussi, sans pour autant dégrader les conditions de travail des chauffeurs et la qualité de services aux usagers. En ce sens, il est capital que toutes les décisions soient prises dans l’intérêt général et que ces dernières soient fondées sur les expériences de terrain, ainsi que sur les études menées à ce propos. 

Enfin, DéFI exhorte le Gouvernement de prendre rapidement les arrêtés d’exécution et veille à ce que les procédures d’obtention du nouvel agrément “taxi de rue” soient rapides afin de permettre à chacun de prendre ses dispositions en amont pour rentrer dans le nouveau cadre proposé. Personne ne doit être laissé sur le bord de la route et cette transition doit se faire de manière apaisée.

 

Tags

  • Mobilité

Communiqué de presse

DéFI

Elections internes : trois candidats à la présidence nationale de DéFI

– LE 03 OCTOBRE 2022 –  Ce lundi 3 octobre, la commission électorale de DéFI s’est réunie pour valider les candidatures pour les postes de président et secrétaire général du part

03.10.2022

Communiqué de presse

Droits humains Migration

DéFI veut mettre fin à la détention d’enfants dans les centres fermés

 – LE 28 SEPTEMBRE 2022 –  La place des enfants, quelle que soit leur situation familiale, migratoire ou de résidence, n’est pas en détention. C’est au nom de ce principe que les d

28.09.2022