La PAC 2021-2027 ne sauvera pas l’agriculture wallonne

LE MARDI 23 NOVEMBRE 2021

Semaine importante pour la PAC 2021-2027. C’est en effet ce mardi 23 novembre que le Parlement européen doit approuver les termes de la nouvelle programmation qui n’est guère positive pour l’avenir de notre agriculture traditionnelle, singulièrement celui de nos exploitations en Wallonie. DéFI plaide pour une politique agricole commune réaliste et s’intégrant dans un projet de développement durable.

  • Publié le 23.11.2021

  • min.

Force est de constater que ce qui est aujourd’hui sur la table européenne pose question sur l’avenir de notre agriculture.

Pascal Goergen

Si la Politique agricole commune (PAC) est essentielle pour alimenter les Européens et aussi pour faire face à l’expansion démographique, il n’en demeure pas moins que l’absence d’unité au niveau social et fiscal à l’échelle européenne ne facilite pas une réforme réaliste, équilibrée et juste pour nos agriculteurs.

“Force est de constater que ce qui est aujourd’hui sur la table européenne pose question sur l’avenir de notre agriculture”, résume Pascal Goergen, président de DéFI Wallonie rappelant que la Wallonie a déjà perdu plus de 56 % de ses exploitations au cours des trente dernières années. 

Premier constat inquiétant : la réduction des fonds européens alloués à la Belgique. Après une baisse de 18 % entre les deux dernières programmations, ces fonds sont une nouvelle fois amputés,  de 14 % cette fois.

Tout aussi préoccupant : les conditions d’accès aux aides sont trop drastiques voire irréalistes, tant sur le plan environnemental qu’administratif. 

Quant aux objectifs fixés en matière de production du bio, ils semblent disproportionnés face à la demande réelle et aux possibilités sanitaires. Le risque est bel et bien d’avoir une distorsion des méthodes de cultures (et sans doute plus d’utilisation des carburants et/ou de main d’œuvre à bas prix).

En outre, DéFI recommande la mise en place d’incitants pour encourager les élevages bovins laitiers, notamment. Non seulement afin de préserver cette filière, mais aussi pour lui permettre de faire face au défi climatique en augmentant la quantité de fertilisants naturels indispensables et utiles pour contrer l’utilisation des engrais chimiques.

Tout comme il est nécessaire de réserver une part du budget à l’agriculture urbaine.

Pour le député bruxellois Jonathan de Patoul, il faut clairement encourager les filières directes entre les campagnes wallonnes et les grandes villes comme Bruxelles. ”Si notre capitale ne compte que très peu d’agriculteurs, nous avons en revanche un grand nombre de consommateurs ! Les Bruxellois ne s’en rendent sans doute pas suffisamment compte mais la PAC nous concerne au plus haut point, que ce soit sur le plan alimentaire ou socio-professionnel”.

Tags

  • Agriculture

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024