Insécurité dans les gares bruxelloises : DéFI demande au Fédéral de prendre (enfin) ses responsabilités

– LE 23 août 2023 – 

L’actualité des derniers jours ramène le problème de l’insécurité des gares bruxelloises sur le devant de la scène politique. Le groupe DéFI a d’ores et déjà demandé que le Parlement bruxellois se réunisse sur le sujet et a déposé des interpellations (Emmanuel De Bock et Marc Loewenstein). Au niveau fédéral, le député et président de DéFI, François De Smet, vient de demander une réunion en urgence de la commission des Affaires intérieures afin de faire le point sur l’insécurité et l’insalubrité dans les gares bruxelloises.

  • Publié le 23.08.2023

  • min.

L’insécurité et l’insalubrité de la gare du Midi et de ses alentours sont connues depuis des années. On pourrait y ajouter les problèmes bien connus à la gare du Nord, tout-à-fait comparables mais moins sous les projecteurs faute d’arrivées internationales.

Certains en profitent pour taper sur les communes ou la Région, comme s’il existait une police régionale. Alors que la responsabilité première de cette situation est fédérale. 

Elle est fédérale sur les causes de cette insécurité : toxicomanie, non-gestion de l’accueil des transmigrants ou demandeurs d’asile.

Elle est fédérale sur ses remèdes normaux : la police fédérale et la police des chemins de fer, désinvesties depuis… les décisions de Jan Jambon et du gouvernement MR/N-VA!

Or, le Fédéral a sous-investi en police fédérale à Bruxelles et spécifiquement dans les gares bruxelloises alors que plus de 400 policiers fédéraux (533 au cadre) veillent quotidiennement sur l’aéroport National de Zaventem. 

Pourtant, l’aéroport national n’accueille que 50.000 voyageurs quotidiennement (19 millions par an en 2022) alors que les trois gares bruxelloises – Bruxelles-Nord, Bruxelles-Midi et Bruxelles- Central – totalisent 185.000 passagers quotidiens, soit 4 fois plus que Zaventem.

On notera au passage que la gare la plus fréquentée Bruxelles-Nord (64.000 passagers quotidiens selon les comptages SNCB) est encore moins protégée que ne l’est Bruxelles-Midi, ce qui est un non-sens par rapport aux enjeux liés à la fréquentation de ces gares transnationales où le Fédéral ferme les yeux sur l’activité criminelle qui s’y développe depuis plusieurs années.

Il est temps que le Fédéral assume ses fonctions régaliennes à Bruxelles, dans la Capitale du pays, en mettant les mêmes moyens humains qu’il n’en met en Flandre pour l’aéroport National ou pour le port d’Anvers.

Il n’est pas acceptable de lire dans la presse, le 4 août dernier, un des directeurs de la police judiciaire (PJF) Eric Jacobs, dont DéFI demandera l’audition, que la police fédérale n’a plus les moyens d’assumer son rôle, alors que la criminalité à Bruxelles est aussi importante qu’à Anvers où les moyens fédéraux ont été renforcés. 

Il faut donc que le Premier ministre assume ses responsabilités et que le Gouvernement fédéral résolve immédiatement la crise des migrants, puisque ce soir encore plus de 2.400 migrants dormiront dans la rue aux abords de ces gares bruxelloises.

Enfin, il faut que le Fédéral assume le suivi en matière de justice, de poursuites au niveau du parquet, mais aussi au niveau des magistrats du siège pour éviter des classements sans suite bien trop fréquents aujourd’hui.

Pour toutes ces raisons, non seulement DéFI demande que le Parlement bruxellois se réunisse sur le sujet mais il demande que la commission des Affaires intérieures de la Chambre se réunisse dans les dix jours, et auditionne les ministres concernés et les représentants de la Police, avant même le Parlement bruxellois.

Tags

  • DéFI
  • Justice

Communiqué de presse

Enseignement

Réforme du rythme scolaire: DéFI Périphérie pousse pour une harmonisation

– LE LUNDI 19 FEVRIER 2024 – Nous apprenons dans la presse que plusieurs partis politiques néerlandophones (Open VLD, Vooruit, Groen et PVDA) seraient revenus sur leurs positions et se seraient p

19.02.2024

Communiqué de presse

Mobilité

Schaerbeek : la Liste du bourgmestre réagit suite à l’attribution du permis concernant la latérale Lambermont

– LE 31 JANVIER 2024 – La Région bruxelloise a délivré le permis pour la latérale au Boulevard Lambermont, suscitant une réaction mitigée de la Liste du bourgmestre de Schaerbeek. Bi

31.01.2024