Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme : pour une société réellement inclusive

– LE 2 AVRIL 2023 –

Ce dimanche 2 avril, c’est la Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Depuis plusieurs années, DéFI s’engage et défend des propositions concrètes pour que notre société soit réellement inclusive. 

  • Publié le 02.04.2023

  • min.

L’autisme, trouble multiforme

Il n’existe pas une, mais bien de multiples formes d’autisme, très variables selon les individus et dont l’accompagnement varie en fonction des spécificités de chacun. 

Pour rappel, DéFI soutient le “plan autisme” transversal présenté par les Gouvernements wallon, bruxellois et de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2016 et est cosignataire des plus récentes recommandations adoptées par le Parlement francophone bruxellois. Les principaux objectifs poursuivis en filigrane de ces textes sont de permettre un soutien approprié à toute personne atteinte d’autisme au cours de sa vie et de lui garantir son inclusion dans la société. 

Les choses n’ont toutefois pas beaucoup bougé depuis lors, même si l’enveloppe globale consacrée aux services d’accueil et d’hébergement a augmenté d’une dizaine de millions en 2023 et que le gouvernement a dégagé de nouveaux moyens pour répondre aux situations d’extrême urgence dans de meilleures conditions. 

La prise en charge des enfants et adultes autistes demeure toutefois largement insuffisante. DéFI demande une évaluation régulière des différents plans adoptés par les gouvernements afin de répondre réellement aux besoins de la population concernée. 

Détection précoce: l’une des clefs du succès

Un diagnostic, la stimulation, et la prise en charge précoce sont les premières clefs du progrès, de l’épanouissement et de l’inclusion des enfants autistes. Renforçons la formation initiale et continuée du personnel de première ligne (consultations ONE, pédiatres, maisons médicales, puéricuteurs/trices, enseignants, …) !

Mais veillons aussi à l’augmentation de la capacité des Centres de Référence Autisme. Un diagnostic doit être réalisé par des professionnels, tant le spectre de l’autisme est large, complexe et diversifié.

Inclure, tout au long de la vie

Dans les crèches, à l’école, dans les mouvements de jeunesse, dans le monde professionnel, l’inclusion des personnes différentes, singulières, vulnérables, (…) est non seulement prévue depuis 2021 dans notre Loi fondamentale, elle est aussi un indice de notre degré de civilisation.

Nous devons toutefois nous donner les moyens de nos ambitions. Une inclusion réalisée sans personnel d’accompagnement adéquatement formé et en nombre suffisant est synonyme d’échec. A cet égard, la réforme des “Pôles territoriaux” mise en place dans nos écoles par le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles ne tient pas ses promesses sur le terrain.

Faciliter le quotidien des personnes autistes et de leur entourage

Nous manquons cruellement de places dans les structures de jour, d’hébergement, de répit pour les enfants, adolescents et adultes autistes de grande dépendance. Augmenter le nombre de places d’accueil mais aussi leur diversité est l’une de nos grandes priorités. En institution, à domicile, en habitats partagés et logements supervisés communautaires ou individuels. Sans oublier les structures de répit pour les parents, les fratries et les proches aidants, pour leur permettre de souffler un peu.

Les projets de transition « école-vie active »

DéFI soutient par ailleurs les projets de transition “école-vie active” pour les jeunes âgés de 16 à 25 ans. Partant du constat que la sortie de l’école signifiait, pour beaucoup de personnes atteintes d’autisme, la disparition de leur réseau social et l’entrée dans une longue période d’inactivité qui mène à une perte des acquis, il est indispensable d’accompagner le jeune dans la préparation de son projet de vie en lui proposant un plan de transition comportant des activités adaptées à ses besoins (insertion professionnelle, bénévolat, autonomie résidentielle, etc.).

Les bienfaits de la médiation animale

Nous sommes également convaincus des bienfaits de la médiation animale. En effet, cette méthode clinique vise à favoriser les liens naturels qu’il y a entre l’être humain et les animaux à des fins préventives et thérapeutiques. Elle permet d’améliorer un état de bien-être physique, mental ou social et de stimuler les ressources propres de la personne. Cette méthode permet aussi de stimuler la communication, favorise l’estime de soi, stimule la mémoire, le langage.

Oui, DéFI défend une société réellement inclusive et nous devons nous donner les moyens d’y parvenir ! 

Tags

  • Santé

Actualité

Justice Sécurité

Fusillades : DéFI plaide pour un plan d’action ambitieux et efficace

– LE 22 FÉVRIER 2024 – Après Schaerbeek, Forest depuis le 11 février, on compte 6 fusillades en Région bruxelloise causant un décès et plusieurs blessés, un bilan qui suscite l’inquiétud

24.02.2024

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024