Quotas Inami : un accord en demi-teinte

Le 29 avril 2022

Le Fédéral et la Fédération Wallonie-Bruxelles ont enfin trouvé un accord sur les quotas Inami. Côté positif : une nouvelle méthode de calcul des quotas Inami, plus en phase avec les besoins du terrain et des soignants. Et qui permet de garantir à chaque étudiant en médecine son numéro Inami en fin de parcours. Pour DéFI, ce n’est pas un cadeau mais un dû : un investissement attendu et nécessaire sur le long terme pour nos soins de santé. La mauvaise nouvelle : un concours d’entrée qui pérennise l’inégalité des acquis scolaires des étudiants au sortir du secondaire.

  • Publié le 29.04.2022

  • min.

Enfin! Après la forte mobilisation des fédérations étudiantes, le nombre de numéros Inami va être attribué selon une nouvelle méthode de calcul, basée sur l’objectivation des besoins du terrain et sur l’activité réelle des soignants. Ainsi, on passerait en 2028, pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, à 711 numéros Inami au lieu des 505 actuellement en vigueur. Voilà qui prouve bien que jusqu’ici, les quotas n’étaient pas du tout adaptés aux réalités de terrain ! 

Autre élément intéressant – et non des moindres – de cet accord : les actuels étudiants en médecine  sont assurés d’obtenir un numéro Inami en fin de parcours. Voilà qui met fin à cette intolérable incertitude qui planait sur ces étudiants. 

Plus encore : une annulation de la dette liée aux diplômes surnuméraires passés ainsi qu’une attention portée à l’offre des médecins généralistes,… 

Pour DéFI, se pose toutefois le problème de la “contrepartie” de cet accord : le concours d’entrée.

Si le concours d’entrée a le mérite de donner la garantie aux étudiants en médecine qu’ils recevront leur numéro Inami, il n’en reste pas moins injuste car tous les élèves ne sortent pas avec les mêmes bagages de l’enseignement secondaire. 

Ce concours d’entrée n’a en outre pas démontré son efficacité en Flandre, là où il est d’application depuis 1997 (d’abord sous forme d’examen d’entrée, ensuite sous forme de concours).

Pour Sophie Rohonyi, députée fédérale DéFI et Michael Vossaert, chef de groupe DéFi au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles : “Cet accord en demi-teinte ne doit pas nous faire oublier qu’il est encore nécessaire de dégager du financement pour améliorer le cursus des étudiants et notamment des médecins spécialistes en formation, tant pour leur assurer de meilleures conditions de travail que pour leur garantir un encadrement par un nombre suffisant de médecins”.

Tags

  • Enseignement
  • Santé

Communiqué de presse

Bonne gouvernance DéFI Enseignement Environnement Fiscalité Gouvernance

Déclaration de politique régionale wallonne et de politique communautaire : Un accord ambitieux mais qui manque de sérieux

– LE 16 JUILLET 2024 – DéFI a pris connaissance de la nouvelle déclaration de politique régionale wallonne et de la déclaration de politique communautaire de la majorité MR-Engagés.

16.07.2024

Communiqué de presse

DéFI

Sophie Rohonyi est la nouvelle présidente de DéFI

– LE 8 JUILLET 2024 –  Ce vendredi 5 juillet, les membres de DéFI se sont réunis afin de choisir qui les représentera à la tête du parti amarante. Sophie Rohonyi succède à Françoi

08.07.2024