Verdir les embouteillages est un non-sens fiscal et écologique

LE MARDI 16 NOVEMBRE 2021

Le projet de loi du gouvernement, soumis ce mercredi au vote du Parlement, entend “verdir” le parc automobile des véhicules de société à partir de 2026. Bien que DéFI partage pleinement l’objectif de réduire les émissions de CO2 produites par les véhicules, qu’ils soient privés ou professionnels, nous ne pouvons que constater que cette réforme rate totalement le virage vers une nouvelle mobilité alternative et durable.

  • Publié le 16.11.2021

  • min.

Des voitures électriques sans sécurité d’approvisionnement

Pour DéFI, en maintenant le système actuel avantageux des véhicules de société, le gouvernement continue de subventionner l’usage du véhicule comme mode de transport principal. Cette réforme proposée par la Vivaldi se borne uniquement à remplacer des embouteillages de véhicules à essence ou diesel par des embouteillages de véhicules électriques sans fournir d’estimations sur la réduction des émissions de CO2.

Et ce, sans fournir d’assurance sur la sécurité d’approvisionnement en électricité. Le gouvernement peut-il réellement garantir que les 700.000 nouveaux véhicules d’entreprises électriques, qui viendront remplacer les véhicules à essence et diesel, pourront toujours disposer d’un accès à une borne de recharge ? De plus, suite aux décisions des gouvernements régionaux de supprimer les voitures circulant aux énergies fossiles, d’ici 2027 pour la Flandre et 2035 pour Bruxelles, il aurait été bon de consulter les Régions, mais aussi les gestionnaires de réseau de distribution, afin de vérifier au préalable si la saturation du réseau électrique est à craindre.

Cette réforme proposée par la Vivaldi se borne uniquement à remplacer des embouteillages de véhicules à essence ou diesel par des embouteillages de véhicules électriques sans fournir d’estimations sur la réduction des émissions de CO2.

François De Smet

Une occasion manquée

Enfin, DéFI constate que ce projet de loi ne répond en rien à la question de l’équité fiscale. La pression fiscale sur les revenus du travail dans notre pays est telle que les gouvernements successifs ont été obligés de prévoir des niches fiscales pour en atténuer les effets. Un véritable virage fiscal est dès lors plus que nécessaire. C’est précisément dans le cadre de cette grande réforme que la suppression de l’avantage des voitures salaires, mais aussi d’autres niches fiscales à l’impôt des personnes physiques, aurait dû être discuté et décidé. A nouveau, il s’agit là d’une occasion manquée.

François De Smet, président DéFI : “ Le gouvernement ne s’attaque pas au vrai problème, il met des rustines vertes dessus ! En 2026, nous n’aurons plus d’embouteillages essence ou diesel, nous aurons des embouteillages verts et électriques. DéFi ne soutiendra pas ce projet de loi qui, au final, ne modifiera ni sensiblement, ni durablement le paysage de la mobilité. Et qui continuera de subventionner les embouteillages”.

Tags

  • Energie
  • Environnement
  • Justice fiscale
  • Mobilité
Olivier Maingain

Actualité

Défense des francophones

Olivier Maingain a rendu son rapport: “La Flandre n’arrêtera pas sa marche en avant”

– LE 6 MAI 2024 – Après avoir consulté une centaine d’acteurs issus de secteurs dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’agent de liaison intra-francophone Olivier Mai

06.05.2024

Embouteillage

Actualité

Bonne gouvernance DéFI Gestion de l'espace public

DéFI se mobilise pour le Carrefour Léonard

– LE 2 MAI 2024 – DéFI a proposé au conseil provincial du Brabant wallon une motion de recommandation concernant les travaux du carrefour Léonard.

02.05.2024