Mettre en place
un contrat d’aide à la réussite
dans l’enseignement supérieur

… et créer l’esprit d’entreprendre !

Favoriser la réussite dans l'enseignement supérieur

Pour DéFI, faire le point sur les connaissances et compétences acquise par l'étudiant ou l'étudiante avant d'entamer les études de son choix est une étape nécessaire, afin de pouvoir l'accompagner précisément là où il a des lacunes, dès le début de ses études. De même, un test d'orientation, non contraignant quant au choix d'études, lui permettra d'évaluer au mieux ses talents et compétences, les filières parfois méconnues où les exploiter, ou les difficultés qu'il ou elle pourrait rencontrer dans la filière de son choix.

Découvrez l'ensemble de nos engagements pour libérer l'esprit d'entreprendre dans la brochure ci-dessous.

Pour un enseignement enfin plus performant

Il est faux de prétendre qu’aujourd’hui, le libre-accès à l’enseignement supérieur serait garanti : certaines filières organisent déjà des examens d’entrée, volontairement (polytechnique, écoles supérieures artistiques) ou par contrainte du Fédéral, via le contingentement INAMI (médecine).
Plus généralement, toutes les études démontrent que notre enseignement est inégalitaire bien avant le supérieur.
Le taux d’échec en première année de l’enseignement supérieur est de 62 %, en hautes écoles ou à l’université. Il est constant depuis plusieurs décennies.
Personne ne s’en émeut. En résumé, le prétendu « libre-accès » aux études supérieures consiste, pour une bonne partie des élèves qui n’y sont pas adéquatement préparés, à leur « vendre du rêve». Ou encore à racheter notre culpabilité de n’avoir pas lutté plus adéquatement pour un enseignement obligatoire plus performant et plus égalitaire.
Or, le coût des années d’échec est exorbitant pour les étudiants (estime de soi), leurs familles (endettement), les finances publiques. L’allongement des cursus est aussi une réalité depuis le décret Paysage.

Accompagner dès le début des études

Le Pacte pour un enseignement d’excellence, qui ambitionne notamment de rendre l’enseignement plus performant et plus égalitaire, est bâti sur le long terme. Les premiers élèves qui en auront bénéficié durant tout leur cursus sortiront de secondaire dans une douzaine d’années. Le Pacte n’offre pas de solution à court terme pour la résorption des inégalités dans l’enseignement obligatoire et donc, dans le supérieur. 

L’expérience « Passeport pour le bac » et l’analyse qu’en ont faite Marc Romainville (UNamur), Pascal Detroz (ULiège) et Catherine Dehon (ULB) démontre une fiabilité nette en termes de prédiction de l’échec en fin de première année.

De la remédiation dès les premières difficultés

Ainsi, des mesures quantitatives de l’impact du projet sur la réussite des étudiants sont actuellement réalisées dans plusieurs programmes et selon des modalités différentes en fonction des données disponibles.

Dans le cadre d’un enseignement de la biologie pour environs 550 étudiants (UCL) le taux de réussite à l’interrogation de la semaine 5 du premier quadrimestre et à l’examen de janvier ont augmenté d’environ 15 % depuis l’année académique 2009-2010 (première année de la mise en place des Passeports et de leur suivi) par rapport aux trois années précédentes. On ne peut évidemment attribuer avec certitude et unilatéralement ces meilleurs résultats au dispositif, mais la tendance est stable et persistante depuis trois ans.

S’agissant du Passeport de physique, le taux de réussite des étudiants ayant bénéficié des remédiations (à résultats aux Passeports identiques) est supérieur à celui des étudiants qui n’y ont pas participé.

Ces premiers résultats confortent DéFI dans sa volonté d’instaurer un test d’orientation obligatoire et un contrat d’aide à la réussite.

Tags

  • Enseignement

Concrètement

Pour favoriser la réussite en première année de l’enseignement supérieur, DéFI s’engage à …

Engagement

Instaurer une Évaluation des Acquis de Base (EAB) obligatoire et organisée par la faculté ou l’organisation d’enseignement supérieur dans lesquels les étudiants veulent s’inscrire.

Engagement

Proposer un Contrat d’Aide à la Réussite - remédiation proposée par la faculté pour répondre au mieux aux lacunes identifiées lors de l’évaluation - destiné aux étudiants ayant échoué à l’issue de l’EAB et désireux de s’inscrire en première année.

  • Economie
  • Emploi

Stimuler les investissements privés en faveur des PME

… et rassembler l’entreprise et la société

Développer un plan économique commun à la Wallonie et Bruxelles

… et rassembler l’entreprise et la société

  • Enseignement
  • Indépendants

Assurer la transition entre l’enseignement supérieur et le monde du travail

… et créer l’esprit d’entreprendre