DéFI appelle à un plan alcool interfédéral ambitieux

– LE 9 FÉVRIER 2023 –

Le plan alcool interfédéral troisième édition sera présenté en conférence
interministérielle Santé à la mi-mars, annonçait Frank Vandenbroucke ce mardi 7 février en commission Santé de la Chambre des représentants.
L’objectif du plan : réduire la consommation d’alcool, notamment chez les jeunes. DéFI appelle à un plan ambitieux et courageux conformément à l’accord de gouvernement.

  • Publié le 09.02.2023

  • min.

Trois millions de personnes meurent chaque année des suites d’un usage nocif d’alcool, rapporte l’OMS. Selon Eurostat, les Belges absorbent en moyenne 12 litres d’alcool pur par personne par an. Ce chiffre place la Belgique au-dessus de la moyenne européenne. En outre, notre pays fait partie des pays où la morbidité liée à l’alcool est élevée.

Un plan sans ambition

En mars 2022, la conférence interministérielle (CIM) santé annonçait par voie de communiqué, l’adoption d’une proposition de stratégie interfédérale 2023-2028 visant à réduire l’usage nocif d’alcool. Il y était question de mesures visant à faire baisser sensiblement la consommation d’alcool, à savoir l’augmentation des prix, l’interdiction de la publicité et la réduction de la disponibilité de l’alcool.

Le 10 novembre dernier, cette ambition ne figurait plus dans le plan alcool avalisé par le gouvernement.

Ce revirement serait l’œuvre des lobbies alcooliers qui auraient séduit certains partis de la Vivaldi.

Sophie Rohonyi

Cet accord ne prévoyait plus que des mesurettes : interdiction de vente la nuit, restrictions de publicités, interdiction de vente d’alcool fort aux moins de 18 ans…

La faute aux lobbies ?

Sophie Rohonyi, députée fédérale DéFI, est revenue sur les causes éventuelles de cette absence d’ambition en commission Santé : « Vous confirmez que le plan alcool a été élaboré en conciliant santé et l’intérêt économique que représente l’alcool aujourd’hui en Belgique. Vous semblez ne pas vouloir accéder aux propositions des lobbies alcooliers car non-fondées scientifiquement, mais vous n’affirmez pas non plus que les autres membres du gouvernement, eux, n’y ont pas été sensibles. C’est pourquoi il faut se prémunir à tout prix de la sphère d’influence de ces lobbies.»

Pour DéFI, la Vivaldi doit faire primer la santé publique sur les intérêts purement économiques des lobbies alcooliers.

Pour contrer ces influences, DéFI propose de mettre en place un registre des lobbies qui serait contraignant pour les députés et les cabinets ministériels et public. Ce registre serait ainsi assorti de sanctions pour les contrevenants, le but étant de s’assurer que la santé publique prime sur les intérêts purement économiques des lobbies alcooliers.

Un plan alcool ambitieux

Concernant la lutte contre la consommation excessive d’alcool en tant que telle, en particulier chez les jeunes, DéFI demande d’inclure dans le plan alcool :

    • les supermarchés et les magasins de nuit parmi les lieux de distribution ciblés 
    • la consommation d’alcools légers 
    • une augmentation des accises sur l’alcool 
    • une mention relative à la nocivité de l’alcool sur les bouteilles d’alcool
    • une interdiction de toute publicité pour l’alcool. 

En un mot comme en cent, il faut aller plus loin !

Tags

  • Consommation
  • Santé

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024