DéFI demande des mesures plus strictes lors de pics de pollution en Région bruxelloise

LE MARDI 29 MARS 2022

Ce lundi 28 mars, Marie Nagy, députée bruxelloise DéFI, était l’invitée de l’interview politique de la télévision locale BX1. Un sujet était au cœur de l’échange : la mobilité et plus particulièrement l’impact des particules fines suite à l’alerte pollution dans la capitale, ces 25 et 26 mars, une première en 8 ans.

  • Publié le 29.03.2022

  • min.

Des alternatives de mobilité contre la pollution

Différentes mesures ont été prises afin de limiter cette pollution et son impact sur la santé de la population comme une limitation de la vitesse en centre-ville mais aussi sur les grands axes, le ring et les autoroutes vers et quittant Bruxelles. Les transports en commun dans Bruxelles étaient également gratuits.

Nous devons profiter des leçons tirées de la période covid que nous venons de traverser pour conserver la flexibilité de notre manière de concevoir le travail afin d’économiser les énergies fossiles polluantes. C’est un enjeu tant environnemental que financier à l’heure où le coût des énergies explose.

Emmanuel De Bock

Cependant, pour le groupe DéFI, ces mesures auraient pu être anticipées davantage et inclure un renforcement du télétravail comme le proposait notre chef de groupe Emmanuel De Bock : « Il est essentiel d’anticiper les pics de pollution et d’encourager toutes les mesures alternatives concourant à la réduction de ces pics. Nous devons profiter des leçons tirées de la période covid que nous venons de traverser pour conserver la flexibilité de notre manière de concevoir le travail afin d’économiser les énergies fossiles polluantes. C’est un enjeu tant environnemental que financier à l’heure où le coût des énergies explose. »

Marie Nagy complétait sur le plateau de BX1 : « Lors de ces pics de pollution, il faut des mesures plus strictes comme limiter l’accès aux automobilistes. On l’a fait d’une manière intelligente en proposant une réduction de la vitesse, en proposant la gratuité de la STIB, mais peut-être qu’il faut encore encourager la SNCB pour aller encore plus vite, par exemple sur le projet RER, améliorer la desserte des trains au moment où il y a ce pic de pollution, parce que c’est vraiment la santé et la qualité de vie de nos habitants. Les navetteurs devraient avoir la possibilité de transports alternatifs comme le covoiturage etc… »

Le logement à Bruxelles, une priorité DéFI

Autre sujet important évoqué sur BX1 : la hausse des loyers. Pour DéFI, c’est une véritable préoccupation : « 50.000 ménages bruxellois sont sur liste d’attente pour un logement social, c’est préoccupant ! Et puis, on sent aussi des difficultés pour la classe moyenne. Des gens qui ont un travail et donc un salaire rencontrent actuellement des problèmes surtout à cause des hausses vertigineuses des prix de l’énergie. » Malgré ces préoccupations, DéFI n’a pas souhaité voter le blocage de l’indexation des loyers. Marie Nagy explique : « DéFI n’est ni “pour” les propriétaires, ni “pour” les locataires. Plus ou moins 90 % de l’offre locative à Bruxelles, ce sont des bailleurs privés. Il faut donc reconnaître que pour beaucoup de propriétaires, le revenu locatif est un revenu complémentaire. Or, la hausse des prix de l’énergie, etc… C’est aussi une hausse des coûts pour les propriétaires. Dans la proposition de blocage de l’indexation des loyers, le message était un peu “tous les propriétaires sont riches et tous les locataires sont pauvres.” La proposition n’était donc pas totalement juste et la mesure n’était pas suffisamment ciblée. C’était une mauvaise réponse à l’absence de réelles propositions du fédéral sur les hausses de l’énergie. Or DéFI a toujours été proactif sur le sujet par exemple en limitant les loyers abusifs, en améliorant la gestion du droit public,… »

Tags

  • Mobilité

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024