DéFI dénonce une réforme stigmatisante et pénalisante

– LE 8 JUILLET 2022 – 

Alors que nous traversons une inflation record, le Gouvernement wallon PS-MR-Ecolo s’attaque à la fiscalité automobile qui contraindra de nombreux automobilistes à payer plus cher. Ce système, porté notamment par Ecolo, est inéquitable et est clairement taillé pour flatter les citadins au détriment du monde rural.

  • Publié le 08.07.2022

  • min.

Le Gouvernement wallon s’est récemment mis d’accord sur les lignes directrices d’une réforme qui entrera progressivement en vigueur à partir du 1er septembre 2023 jusqu’en 2026. La nouvelle fiscalité auto fera intervenir de nouveaux paramètres, afin de favoriser les véhicules plus petits, moins puissants et moins polluants. Elle s’inscrit dans l’objectif d’une réduction de 55% des gaz à effet de serre en Wallonie, alors que le transport est responsable de 22% de ces émissions.

Cependant, ce qui est décrit comme une transition nous paraît surtout, dans l’état actuel des choses, une “délocalisation de la pollution”. Le fait qu’elle disparaisse de nos yeux et de nos narines est peut-être encore plus pervers.

Le ministre wallon de la Mobilité (Ecolo) oublie que…

  1. Les gros véhicules ne sont pas forcément les plus pollueurs. Pourquoi ne pas plutôt opter pour des critères environnementaux (émissions CO², consommation théorique, etc.) ?
  2. Certains ménages, les familles nombreuses notamment, n’ont pas toujours le choix de posséder un véhicule plus imposant et ce n’est pas le petit abattement fiscal envisagé qui va résoudre la pénalité imposée à ces automobilistes.
  3. Un grand nombre de ménages, notamment dans nos campagnes où les alternatives crédibles à la voiture ne sont pas légions, ont un mode de vie nécessitant de plus gros véhicules et vont désormais payer plein pot. Un nouvel exemple qu’Ecolo et ruralité ne font décidément pas bon ménage…
  4. Indépendamment de ce qui précède, tout le monde n’a pas forcément la possibilité de changer de véhicule juste pour payer moins de taxe ;

Plutôt que de pénaliser les « vilains automobilistes », le Gouvernement PS-MR-Ecolo ferait bien de développer un réseau suffisant de bornes de recharges et de développer des alternatives suffisantes et crédibles à la voiture !

De nombreuses incohérences apparaissent également dans le projet Henry par rapport à l’objectif du verdissement du parc automobile, sans entrer dans les détails en voici quelques-unes :

  • certains véhicules, bien qu’électriques, se verront tout de même pénalisés vu leur masse ;
  • il n’y a rien dans ce dispositif qui pénalise les vieilles voitures, alors qu’elles sont beaucoup plus polluantes ;
  • l’âge moyen du parc automobile en Belgique est assez élevé (9 ans) vu que la nouvelle fiscalité ne s’applique qu’aux nouveaux véhicules, les gens vont conserver leur vieux véhicule encore plus longtemps et donc ne rien arranger. Que du contraire !

Beaucoup d’automobilistes vont donc se voir pénalisés par cette réforme injuste et incohérente sur bien des points. Le secteur automobile est également très critique sur cette réforme qui va impacter ce secteur déjà durement touché par la crise. Nous espérons que le texte final pourra corriger ces incohérences et s’adapter à l’avis du secteur et des citoyens.

DéFI propose une fiscalité plus juste mais également d’investir dans le réseau de transports en commun en milieu rural. Pour pouvoir tendre à faire évoluer le parc automobile électrique, il faudrait surtout investir dans plus de bornes de rechargement.

Encore une fois, le gouvernement wallon ne considère pas tous les Wallons sur un même pied d’égalité ; il n’a pas une vision globale mais, pire, creuse l’écart entre des fiscalités différentes selon les régions.

Tags

  • Justice fiscale
  • Mobilité

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024