La Région bruxelloise tient sa feuille de route pour lutter contre les métiers en pénurie

– LE 10 JUILLET 2023 –

Maçon, barman, chauffeur poids lourds, ascensoriste, cuisinier, gestionnaire de réseau… Chaque année, la liste des métiers qui recrutent reste la même. Or si une série de postes ne peuvent être pourvus, cela impacte négativement notre économie. C’est pourquoi, la Région bruxelloise a réuni l’ensemble des acteurs publics et privés pour écrire sa feuille de route pour lutter contre les métiers en pénurie.

  • Publié le 10.07.2023

  • min.

Si la Région bruxelloise connaît un relèvement du niveau d’éducation de sa population, 27 % des Bruxellois disposaient d’un diplôme de l’enseignement supérieur en 2000 contre 41 % en 2020, force est de constater que les choix d’orientation ne répondent pas nécessairement aux besoins actuels du marché de l’emploi. Par exemple, 2 % seulement sont diplômés de la filière informatique.

On dénombre 108 métiers qui recrutent en Région bruxelloise et près de 25.000 emplois vacants.  Un phénomène qui n’est ni nouveau, ni spécifique à Bruxelles.

Pour certaines fonctions, la pénurie peut s’expliquer en raison des conditions salariales ou de travail (46 métiers sur 108).

« Certaines fonctions sont en pénurie depuis toujours. Il y a évidemment plusieurs raisons à cela et les conditions de travail et salariales n’y sont pas étrangères. C’est ce que l’on appelle les pièges à l’emploi. Une revalorisation de ces métiers est indispensable si on souhaite orienter plus de Bruxellois vers ces filières. Sans amélioration du statut social et pécuniaire, les efforts de la Région pour diriger les chercheurs d’emploi vers ces métiers ne porteront jamais leurs fruits », commente Bernard Clerfayt.

Mais pour bon nombre de fonctions, la pénurie résulte d’un manque de candidats qualifiés. Certains secteurs sont particulièrement confrontés à ce phénomène : l’horeca, le numérique, le transport et la logistique, la construction et les métiers de l’industrie technologique.

3 millions pour lutter contre les métiers en pénurie

Pour lutter contre les pénuries dans ces 5 secteurs prioritaires, ceux-ci se sont réunis avec les services publics de l’emploi et de la formation ainsi que les interlocuteurs sociaux.

Ensemble, ils ont identifié 34 actions à mettre en œuvre pour lutter contre les vacances d’emploi dans leur secteur. Celles-ci s’organisent en 4 axes :

  • Orienter : améliorer l’image des métiers.
  • Inciter : encourager financièrement à se former et à former.
  • Former : augmenter la capacité d’accueil en formation.
  • Rapprocher : développer des dispositifs pour rapprocher le chercheur d’emploi du monde de l’entreprise.

Grâce à un budget de 3 millions d’euros, 2.000 chercheurs d’emploi seront évalués en vue d’une entrée en formation ou d’une mise à l’emploi. 450 chercheurs d’emploi seront formés à l’un des métiers en pénurie avec un objectif de mise à l’emploi de 80 % minium. 300 élèves seront formés sur des structures de pointe. Et 1.000 jeunes réaliseront une activité de découverte-métier.

« Le bilan de compétences qui sera mis en œuvre dès septembre prochain devra permettre de mieux détecter les besoins en formation des chercheurs d’emploi et donc de mieux les orienter, y compris vers les métiers en pénurie. A Bruxelles, nous n’avons pas toutes les clés en main mais je suis persuadé qu’en travaillant main dans la main avec les secteurs, nous parviendrons à mettre plus de Bruxellois à l’emploi. Car former sur mesure aux besoins de l’entreprise, c’est l’emploi assuré », conclut Bernard Clerfayt.

Tags

  • Emploi et formation

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024