Non au blocage des loyers en Région bruxelloise : DéFI dénonce une mesure qui manque son objectif et propose une politique du logement plus juste !

Vendredi 4 février 2022

La crise du logement est fortement ressentie par les locataires bruxellois mais, pour DéFI, la solution n’est pas de bloquer l’indexation des loyers ! Cette mesure manque son objectif et crée un déséquilibre dans la dynamique globale du marché du logement. DéFI propose de s’inscrire dans une vision de long terme visant à atteindre nos objectifs en matière d’isolation et à rencontrer nos ambitions en matière de confort, de qualité et de nombre de logements afin d’accroître l’offre de logements abordables à Bruxelles.

  • Publié le 04.02.2022

  • min.

DéFI dénonce une mesure qui manque son objectif et propose une politique du logement plus juste !

La nouvelle étude de l’Observatoire des Loyers 2020 basée sur 5.000 loyers et dont les résultats nous ont été communiqués en décembre 2021 indique un loyer mensuel médian de 750 euros et un loyer mensuel moyen de 804 euros. Voilà qui vient tempérer les statistiques produites pas le CIB Vlaanderen ou Trevi qui concernent les logements nouvellement mis sur le marché locatif et confiés à une agence immobilière.

Si la paupérisation des Bruxellois dont plus de la moitié se trouvent dans les conditions de revenus du logement social est une évidence, il est donc inexact de considérer que les loyers en Région bruxelloise seraient devenus « inabordables », sans même entrer dans des comparaisons de prix d’autres capitales européennes, qui nous placent bien au bas du tableau.

La crise du logement est pourtant réellement ressentie par les locataires bruxellois qui consacrent, en moyenne, 42 % de leurs revenus à leur logement et peinent à trouver un logement sur le marché locatif. Sachant, d’autre part, que 51.000 ménages se trouvent sur liste d’attente d’obtention d’un logement social avec un délai d’attente moyen de 11 ans et 7 mois.

La solution est-elle à rechercher dans le blocage de l’indexation des loyers ? Pour DéFI, la réponse est non ! D’abord parce qu’il s’agit plus d’une question de revenus que de loyer.

Ensuite parce que la mesure, trop générale, manque son objectif et crée un déséquilibre dans la dynamique globale du marché du logement, qui requiert de bons investissements. La hausse du prix de l’énergie doit être compensée par le Fédéral, pas par des sanctions à l’encontre des propriétaires-bailleurs !

Il y a un déficit structurel de logements à Bruxelles et il est de plus en plus difficile d’y construire. Les statistiques de l’IBSA indiquent que le nombre de logements autorisés par permis a diminué de moitié ces 5 dernières années ! Les nouveaux projets, parfois mal conçus, provoquent des réactions fortes des riverains, suivis très souvent par les communes, en particulier celles de la deuxième couronne.

Or, c’est précisément l’absence de construction de logements neufs et le retard apporté à la rénovation du bâti ancien qui va contribuer à accélérer la tension entre l’offre et la demande et à faire pression à la hausse sur les loyers. Le futur annonce d’ailleurs de nouvelles contraintes sur les propriétaires de logements, à savoir les normes plus sévères d’isolation.

Une mesure supplémentaire de réduction des loyers réduira les efforts des propriétaires qui, pour la plupart, ne sont pas de grands investisseurs multipropriétaires mais plutôt des bailleurs dont le précompte immobilier subira également l’indexation, tout comme celle des matériaux de construction et de rénovation.

DéFI demande : 

  • Une accélération, un assouplissement et une sécurisation des procédures de permis d’urbanisme 
  • Un meilleur monitoring des sites, des zones et des réalisations de logements en Région bruxelloise. 
  • Une banque de données représentative afin de mieux connaître la structure du marché locatif bruxellois. Celle-ci permettrait d’affiner et de mieux fonder les politiques sociales du logement

DéFI s’engage à intensifier encore son soutien aux Agences Immobilières Sociales ainsi qu’à l’Allocation-Loyer, afin d’aider les locataires précarisés. Alertés par la publication de la récente « spending review » du logement social dans notre Région, nous plaidons également en faveur d’une politique sociale du logement plus juste, plus efficiente et financièrement soutenable.

Joëlle Maison, députée régionale DéFI, explique : « En bref, DéFI souhaite s’inscrire dans une vision de long terme visant à atteindre nos objectifs en matière d’isolation et à rencontrer nos ambitions en matière de confort, de qualité et de nombre de logements afin d’accroître l’offre de logements abordables à Bruxelles. »

Tags

  • Logement

Communiqué de presse

Enseignement

Réforme du rythme scolaire: DéFI Périphérie pousse pour une harmonisation

– LE LUNDI 19 FEVRIER 2024 – Nous apprenons dans la presse que plusieurs partis politiques néerlandophones (Open VLD, Vooruit, Groen et PVDA) seraient revenus sur leurs positions et se seraient p

19.02.2024

Communiqué de presse

Mobilité

Schaerbeek : la Liste du bourgmestre réagit suite à l’attribution du permis concernant la latérale Lambermont

– LE 31 JANVIER 2024 – La Région bruxelloise a délivré le permis pour la latérale au Boulevard Lambermont, suscitant une réaction mitigée de la Liste du bourgmestre de Schaerbeek. Bi

31.01.2024