Que manque-t-il aux femmes pour lancer leur projet entrepreneurial ?

– LE 29 JANVIER 2024 –

La Ville de Bruxelles soutient l’ASBL High Her et sa Money Academy, programme de formation en 10 semaines visant à renforcer les compétences des femmes entrepreneuses pour financer leur projet. Il démarre ce vendredi pour la première fois dans le symbolique et prestigieux bâtiment de la Bourse.

  • Publié le 29.01.2024

  • min.

L’accès au financement reste un frein particulièrement important pour les femmes. Des variables sociologiques témoignent de freins touchant plus spécifiquement les femmes dans leur projet entrepreneurial. C’est pourquoi l’ASBL High Her a développé trois axes de travail basés sur l’autonomisation, le « deep business » (ce qui peut se traduire par la concentration d’un business sur un seul modèle de génération de revenus) et le mentorat pour soutenir les femmes dans leur recherche de financement. De l’autonomie professionnelle à la présentation de leur projet devant des investisseurs, jusqu’à la relation à l’argent et aux croyances limitantes qui y sont liées, le programme vise à évacuer tous les biais encore trop liés à l’éducation pour permettre aux femmes de maîtriser les codes du système, mais aussi d’accéder au réseau d’investisseurs pertinent pour leur projet.

L’ASBL High Her a très bien circonscrit les besoins du secteur pour permettre aux femmes d’oser se lancer d’une part, mais aussi de maîtriser les compétences liées plus spécifiquement à l’aspect financier de leur projet entrepreneurial. Soutenir ce type d’initiative répond non seulement à notre volonté de favoriser l’entrepreneuriat de façon générale, mais aussi d’en assurer un accès égal aux femmes, explique Fabian Maingain, échevin des affaires économiques à la Ville de Bruxelles.

J’ai ouvert la boîte de Pandore

« En lançant High Her en octobre dernier, j’ai l’impression d’avoir ouvert la boîte de Pandore : le nombre de femmes entrepreneuses qui me contactent en recherche de financement dépasse nos prédictions et témoigne d’un véritable besoin de soutien à cet égard. Nous en avons sélectionné 20 d’entre elles pour cette première Money Academy, toutes porteuses de projets intéressants, utiles et avec un impact sociétal qui répondent aux attentes du secteur », se réjouit Loubna Azghoud, fondatrice de High Her. 

Une vingtaine d’entrepreneuses démarreront le cycle de 10 semaines dès demain tandis qu’un nouveau groupe pourra démarrer dès septembre. 

Tags

  • Emploi et formation
  • Indépendants

Actualité

Mobilité

Compte rendu de la visite de Perex par François De Smet, Amaury Alexandre et Marc Loewenstein

– 1er MARS 2024 – Le centre Perex, véritable chef d’orchestre du réseau autoroutier wallon, où technologies de pointe et collaboration stratégique s’unissent pour assurer u

01.03.2024

Actualité

DéFI

Nos 10 priorités pour les Wallonnes et les Wallons

– 1er MARS 2024 –  Pouvoir d’achat, santé, mobilité, enseignement, bonne gouvernance… À 100 jours du scrutin régional, fédéral et européen, DéFI dévoile ses 10 thèmes pr

01.03.2024