Schaerbeek adopte un ambitieux Plan de Végétalisation de l’Espace Public

LE MERCREDI 30 MARS 2022

L’enjeu de la végétalisation urbaine doit être pleinement pris en considération au regard des besoins et attentes citoyennes et des métamorphoses urbaines à venir. Confrontée à de multiples changements et évolutions urbanistiques, Schaerbeek, en tant que seconde commune bruxelloise en termes de population, se veut pionnière et souhaite concrétiser ses ambitions via la mise sur pied d’une vision stratégique sur la végétalisation des rues, quartiers et espaces publics sur son territoire.

  • Publié le 30.03.2022

  • min.

À l’initiative de l’Échevine Deborah Lorenzino en charge des Espaces Verts et de l’Échevin Vincent Vanhalewyn compétent pour le Climat et les Travaux publics, et avec le plein soutien du Collège des Bourgmestre et Echevins, un ambitieux Plan de Végétalisation de l’Espace Public a été adopté, et ce conformément au Programme de Mandature 2018-2024. L’amélioration du cadre de vie des citoyens, l’embellissement des rues et quartiers, et le rapprochement des habitants à la nature en milieu urbain est, en effet, au cœur des enjeux actuels et est au centre des demandes citoyennes en milieu urbain.

Grâce à ce Plan de Végétalisation, Schaerbeek traduit son engagement en matière de lutte contre le réchauffement climatique en favorisant la préservation et le développement de la biodiversité urbaine, le renforcement des maillages verts et bleus et la diminution des émissions de CO2. Schaerbeek se dote ainsi d’une vision ambitieuse et durable pour l’aménagement de son territoire sur le long terme et ce afin d’améliorer la qualité de vie de ces citoyens, répondre aux enjeux environnementaux et enfin développer des espaces publics toujours plus qualitatifs visant l’embellissement de notre territoire.

Les Échevins Deborah Lorenzino et Vincent Vanhalewyn, en charge respectivement des Espaces verts et des Travaux publics.

Concrètement, la Commune de Schaerbeek vise sur 15 ans une augmentation de 10% de sa surface végétale par rapport à la situation existante, hors Parc Josaphat, grâce à une réduction, entre autres, de la minéralité des espaces publics. Les objectifs stratégiques et opérationnels du Plan de Végétalisation de l’Espace Public s’inscrivent ainsi de manière transversale dans les objectifs et orientations des deux grands plans communaux : le Plan Durable de Gestion des Espaces Verts et le Plan Climat. Notre commune vise ainsi à devenir un modèle en Région bruxelloise en se projetant dans une vision durable pour les 10-15 années à venir grâce à un objectif clair et ambitieux.

Un diagnostic et une méthodologie de travail :

Afin d’élaborer ce plan d’action pour la végétalisation de l’espace public, un diagnostic environnemental a été effectué : 348 rues et places ont été parcourues et 5.386 arbres ont été recensés en fosses d’arbres. Il est ainsi apparu que 24% d’entre elles ne sont pas agrémentées d’arbres et 30% des rues sont aménagées avec des fosses d’arbres dont la superficie et le volume ne correspondent pas aux normes imposées par le RRU, soit 2.25 m2 de superficie minimum au pied de l’arbre et un volume minimum de 3.5m3.

Le diagnostic des arbres en fosses et alignements a également révélé qu’11% d’entre eux sont dans un état phytosanitaire évalué de mauvais à moyen. La valeur écologique des rues selon les essences d’arbres présentes a également été analysée et il apparaît que 50% des voiries schaerbeekoises sont plantées d’arbres exotiques.

Afin de peaufiner ce diagnostic et ainsi déboucher à une priorisation des rues à végétaliser, une série de données ont été encodées et 3 indices objectifs ont été élaborés : l’Indice de Qualité des Trottoirs (IQT), l’Indice de Qualité Environnementale (IQE) et l’Indice de Qualité Générale (IQG).

Après croisement des données, des critères et des différents filtres appliqués aux voiries, les services communaux ont répertorié 63 rues réparties en 3 catégories :

  • Les rues « dont les indices qualité sont tous mauvais »
  • Les rues « sans ou quasi sans végétation »
  • Les rues « dont les fosses d’arbre peuvent être agrandies »

Durant ce processus de classification, les contraintes et types d’opportunités en fonction du profil de voirie ont été prises en compte.

Un Plan d’action pour végétaliser l’espace public :

5 objectifs stratégiques

– Fournir un cadre de vie de qualité en matière paysagère et environnementale ;

– Contribuer à la lutte contre les effets du dérèglement climatique et à l’amélioration des capacités de résilience du territoire communal ;

– Protéger et régénérer la biodiversité locale ;

– Reconnecter les habitants à la nature, les encourager à végétaliser et à s’approprier leur quartier ;

– Renforcer la gestion intégrée des eaux et la perméabilité des sols.

Le Plan de Végétalisation de l’Espace Public se décline en 7 actions selon les différentes typologies d’opportunités d’intervention afin de végétaliser l’espace public à court – moyen et long terme :

  • Rues à végétaliser sans Permis d’Urbanisme (PU) via de petites interventions sans avoir recours à un permis d’urbanisme (PU) et sous réserve qu’elles soient ponctuelles.
  • Rues à végétaliser avec un permis d’urbanisme là où les plantations sont considérées comme une répétition sur la longueur d’une voirie.
  • Végétalisation interstitielle et parterres étroits selon les opportunités qu’offrent les trottoirs.

Outre ces interventions plus conséquentes de modification de l’espace public, les actions suivantes se feront prioritairement dans les rues où la végétalisation en voirie n’est pas possible et selon la motivation des habitants :

  • Fosses à agrandir car superficie inférieure au RRU ou la largeur de trottoir le permet.
  • Bacs en trottoir pour des espaces non végétalisables autrement ou comme dispositif venant en appui à un espace déjà végétalisé.
  • Petites Implantations Florales (PIF) qui s’apparentent à ce qui est déjà fait via le dispositif de plantes grimpantes en façade et réalisé à la demande des citoyens. Bien que similaire au dispositif des plantes grimpantes (30cm de profondeur et de largeur), le PIF se caractérise par sa longueur.
  • Plantes grimpantes en façade que depuis 2002 la Commune encourage sous la forme d’un service aux citoyens qui le demandent.

Ces 7 actions concrètes peuvent être programmées séparément ou de concert. Ceci dépendra de différents facteurs tels que les contraintes du terrain (impétrants, besoin de permis d’urbanisme ou pas, de la largeur des trottoirs), des budgets alloués, d’opportunités d’aménagement créées dans le cadre de chantiers régionaux et de la motivation des citoyens pour ce qui concerne plus spécifiquement les demandes pour le placement de structures pour les plantes grimpantes en façade, les petites implantations florales (PIF) ou encore les bacs en trottoir.

En conclusion, l’objectif ambitieux de ce plan est d’augmenter substantiellement la végétation en milieu urbain d’ici 2035. Bien que le périmètre du plan de végétalisation se limite pour l’instant à la végétalisation des voiries, il est une porte d’entrée particulièrement importante en vue de s’aligner plus largement, et sur le long terme, aux objectifs et à l’ambition du Plan Climat communal et du Plan Durable de Gestion des Espaces verts. Il sera également une référence dans l’élaboration et la mise en œuvre de toutes les interventions des acteurs publics agissant sur le territoire communal (Beliris, Infrabel, STIB, Bruxelles Mobilité, Bruxelles Environnement, …) à l’occasion des grands projets de développement en cours ou futurs. Ce plan se veut ainsi évolutif et dynamique et pourra au fil du temps s’enrichir et s’élargir à d’autres interventions telles que le bâti public (école, bâtiments administratifs) et privé (entreprises, intérieurs d’îlots, …).

Tags

  • Environnement

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024