22 mars : “Les victimes se sentent abandonnées. Les démarches sont lourdes et c’est finalement une double peine pour ces victimes”

LE JEUDI 25 MARS 2021

La commission Justice et intérieur est revenue, ce mardi 23 mars, sur les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles. Pour Sophie Rohonyi le Parlement doit agir : “Ce sont des attentats qui nous ont tous touchés. Ce sont des attentats où on se sent impuissant surtout par rapport à toutes les personnes qui porteront toute leur vie les séquelles de ces événements et en particulier les victimes qui ont perdu un être cher ou encore ceux qui ont subi des blessures physiques ou psychologiques. Mais cette impuissance, nous ne pouvons pas la ressentir en tant que députés ou ministres parce que nous avons l’obligation de mettre tout en œuvre pour éviter un maximum de nouveaux attentats et donc de victimes. »

  • Publié le 25.03.2021

  • min.

Un guichet unique pour aider les victimes du 22 mars 2016

L’une des recommandations de la Commission prévoyait que chaque victime puisse s’adresser à une personne de référence qui pourrait l’assister personnellement et proactivement dans les démarches. DéFI plaide pour un guichet unique pour accompagner les victimes dans les démarches administratives.

“Vendredi, vous faisiez référence à un guichet unique créé au sein du parquet fédéral qui serait désormais opérationnel et doté d’un personnel spécialisé, et qui peut être activé en cas d’attaque terroriste ou de catastrophe. Or, ce guichet ne permet aucunement d’aider les victimes dans les multiples démarches administratives (procédures, expertises…) à entamer auprès de multiples interlocuteurs (assurances accidents du travail, assurances propres + commission d’aide aux victimes, SPF Handicap…). D’ailleurs, le groupe de travail “Expertise unique” ne s’est jamais réuni.” disait Sophie Rohonyi en commission ce mardi.

Les victimes se sentent abandonnées. Les démarches sont lourdes et c’est finalement une double peine pour ces victimes

Sophie Rohonyi

Abandon de la création du fonds de garantie

Il est regrettable qu’il faille attendre tant d’années pour envisager des solutions pour l’indemnisation des victimes d’attentats terroristes. Il est encore plus regrettable qu’il faille attendre l’anniversaire des attentats de Bruxelles pour apprendre qu’un fonds de garantie ne verra jamais le jour. 

L’une des recommandations de la Commission d’enquête parlementaire à “la création d’un fonds qui pourra lui allouer, dans les délais les plus brefs, des aides et indemnités, à charge de récupérer ce qui est dû par les compagnies d’assurance”. Malheureusement, cette recommandation est abandonnée.

Discriminations pour la pension d’invalidité

Cinq ans après les attentats du 22 mars 2016, les traumatismes et les plaies qu’ont subis les victimes sont toujours présents. Encore aujourd’hui, après des années d’attente, les victimes ont le sentiment d’avoir été oubliées par le gouvernement. La loi du 18 juillet 2018 relative à la création d’un statut de solidarité nationale comprend toujours certaines lacunes, ainsi que certaines discriminations. “Nous pensons précisément au 10% d’invalidité auquel les victimes doivent prétendre pour avoir droit à la pension d’invalidité, ce qui engendre chez certaines d’entre elles le sentiment d’être moins reconnues” explique Sophie Rohonyi.

Ce que DéFI demande pour aider les victimes des attentats de Bruxelles.

Tags

  • Justice

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024