Budget fédéral 2024: DéFI regrette un manque d’ambition généralisé

– LE 19 DECEMBRE 2023 –

Le budget fédéral de 2024 sera, sans surprise, voté ce jeudi 21 décembre 2024. L’accord budgétaire porte sur un effort supplémentaire de 1,2 milliard d’euros, soit 0,2 % du PIB. L’effort total pour 2024 sera donc de 0,8 % du PIB, soit près de 5 milliards d’euros. DéFI, dans l’opposition, déplore la “déconnexion” des partis de la majorité et dénonce des recettes et des dépenses “floues”.

  • Publié le 19.12.2023

  • min.

François De Smet, président de DéFI, a résumé le bilan du gouvernement Vivaldi de la façon suivante: “Il y a eu plus d’échecs que de réussites, plus de compromis que de réelles avancées. Ce budget fédéral 2024 n’échappe pas à la règle”. Il condamne des “propos synonyme d’autosatisfaction et de déconnexion ou, pire, d’irresponsabilité voire d’ irrespect”. “Je ne sais pas dans quelle réalité parallèle les membres du gouvernement et les partis de la majorité vivent, mais elle semble nettement plus belle et enjolivée que celle vécue par les citoyens quotidiennement”, ajoute-t-il.

DéFI désapprouve des recettes mais également des dépenses totalement floues. Le parti amarante prend pour exemple les recettes de la taxe caïman ou de la lutte contre la fraude sociale et fiscale, dont même la Cour des comptes ne dispose pas “d’information suffisante sur la répartition entre les deux volets ainsi que sur les différentes mesures et leur rendement estimé”.

Un autre regret du groupe DéFI porte sur la suppression du taux réduit de TVA à 6% sur les panneaux photovoltaïques. Le gouvernement justifie cela en précisant que le coût de l’installation de panneaux solaires est en constante diminution. Il n’est plus nécessaire d’encourager fiscalement ce type d’installations. A notre sens, il serait cohérent de maintenir un avantage pour les pompes à chaleur et les panneaux photovoltaïques.

Selon le Bureau du Plan, si les choses n’évoluent pas, les charges d’intérêt atteindront 2,4 % du PIB d’ici 2030 et 4,3% d’ici 2040. Certains analystes annoncent une hausse de la dette pouvant atteindre 130% du PIB en 2030 en cas d’absence de réforme, principalement sur les dépenses sociales.

Le groupe DéFI ne soutiendra pas le budget fédéral de 2024, synonyme d’un manque d’ambition généralisé, d’une absence de vision à long terme, d’une multitude de compromis édulcorés ou encore d’un manque de cohésion constant.

“Les prochains gouvernements mais aussi, et surtout, les prochaines générations risquent de regretter amèrement la politique stagnante et peu anticipative de la Vivaldi”, conclut François De Smet.

Tags

  • Bonne gouvernance

Communiqué de presse

Enseignement

Réforme du rythme scolaire: DéFI Périphérie pousse pour une harmonisation

– LE LUNDI 19 FEVRIER 2024 – Nous apprenons dans la presse que plusieurs partis politiques néerlandophones (Open VLD, Vooruit, Groen et PVDA) seraient revenus sur leurs positions et se seraient p

19.02.2024

Communiqué de presse

Mobilité

Schaerbeek : la Liste du bourgmestre réagit suite à l’attribution du permis concernant la latérale Lambermont

– LE 31 JANVIER 2024 – La Région bruxelloise a délivré le permis pour la latérale au Boulevard Lambermont, suscitant une réaction mitigée de la Liste du bourgmestre de Schaerbeek. Bi

31.01.2024