Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 –

Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépenses, œuvrer pour l’intérêt général… sont bien plus que des objectifs de campagne : ce sont des valeurs de chaque instant et des engagements pris depuis longtemps.

  • Publié le 06.02.2024

  • min.

Scandales politico-financiers, mesures incohérentes, incomprises ou inadaptées, endettement, copinage politique, saupoudrage d’argent public pour flatter les égos de certains : autant d’exemples du mal wallon que DéFI dénonce depuis longtemps et qui est à la base du fossé qui se creuse toujours plus entre les citoyens et le politique. Une récente étude de l’Institut wallon de l’évaluation, de la prospective et de la statistique (IWEPS) confirme par ailleurs une réelle détérioration de la confiance qu’ont les Wallonnes et les Wallons à l’égard des élus et des institutions.

Ce constat amer est, pour nous, loin d’être une surprise et renforce notre volonté de changement. Non pas en se tournant vers des idées simplistes ou populistes, mais bien avec des engagements et, nous l’espérons, des actes forts démontrant aux citoyens que la politique, même perfectible, reste nécessaire pour gérer la “chose publique” et faire vivre notre démocratie. En voici un bref résumé :

  • Davantage associer les citoyens aux décisions : à DéFI, la participation citoyenne est dans notre ADN. À tous les niveaux de pouvoir où nous exerçons des responsabilités, nous nous efforçons de consulter les citoyens autant que possible sur les grandes décisions à prendre pour leur avenir. Nous souhaitons que ça devienne un automatisme et proposons, par exemple, l’organisation de référendums d’initiative citoyenne pour toute une série de secteurs.
    Stop aux régimes de faveur : que ce soit sur le plan fiscal, de la sécurité sociale ou des pensions, les politiques doivent être soumis aux mêmes règles que les autres travailleurs du pays.
  • Nombre d’élus ou d’institutions : pour DéFI, le monde politique politique doit réduire son train de vie. Mais bien plus qu’une question de chiffres, c’est avant tout l’engagement et la qualité du travail de chaque élu qui importe. À ce titre, convaincus de l’importance de la tâche, nous nous opposons à tout cumul entre un mandat parlementaire et celui d’un échevin ou d’un bourgmestre. Nous sommes également favorables à la rationalisation de toute une série de structures intercommunales ou pararégionales qui permettraient d’améliorer l’efficacité, la cohérence et qui seraient en outre source d’économies.
  • Dépolitisons ! Que ce soit dans l’administration ou dans toute une série d’organismes où sont trop souvent recasés certains “copains”, nous voulons lutter efficacement contre la politisation de nos institutions. Nous voulons objectiver les compétences des responsables et que leur désignation soit conditionnée à la réussite de concours plutôt qu’à la détention d’une carte de parti.
  • Des femmes et des hommes au service de la collectivité avant tout : améliorer la représentativité mais aussi la parité hommes-femmes sont également pour nous un vecteur d’efficacité. À ceci s’ajoute notre engagement de limiter le nombre de mandats successifs afin de contribuer au renouvellement des instances et des idées.

Retrouvez l’ensemble de nos engagements via ce lien

Comme le disait Socrate : “le secret du changement, c’est de concentrer toute son énergie, non pas à lutter contre le passé mais à construire l’avenir”. Sur cette base, nous espérons convaincre un maximum d’électrices et d’électeurs de la sincérité et de la plus-value de nos propositions et avoir le poids politique nécessaire pour traduire celles-ci en acte fort.

Et Daniel Soudant, président wallon de DéFI, de conclure : “que ce soit sur le plan économique, financier et social, la Wallonie est enrhumée. Ni la droite ni la gauche ne parviennent à y remédier parce que les mesures sont insuffisantes, souvent inefficaces ou tout simplement inexistantes. Doit-on s’étonner que les citoyens n’y croient plus ? Un changement radical s’impose et DéFI s’y engage avec ses élus et ses candidats”.

Tags

  • Bonne gouvernance
  • Démocratie
  • Gouvernance
  • Services aux citoyens

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Agriculture

Notre vision de l’agriculture évolutive et pérenne à partir de 2024

– LE 31 JANVIER 2024 – Face à la détresse de nos agriculteurs, il est plus que temps d’enclencher les bonnes réformes structurelles à moyen et long terme. Il faut dans le même temps

31.01.2024