Congé-éducation payé : les travailleurs à temps partiel pourront enfin se former !

– LE 29 JUIN 2023 –

Sur proposition du ministre amarante bruxellois de l’Emploi, Bernard Clerfayt, le gouvernement a approuvé la réforme du congé-éducation payé : des formations à distance et sur le lieu de travail, adaptées aux personnes souffrant d’un handicap et accessibles aux travailleurs à temps partiel. Le dispositif se modernise pour garantir à tous les travailleurs le droit à se former.

  • Publié le 29.06.2023

  • min.

En Belgique, seuls 44 % des travailleurs continuent à se former. Pire, pour les personnes faiblement éduquées, ce taux baisse à 24 %. A titre de comparaison, ce taux est de 64 % en Allemagne. Pourtant, se former tout au long de sa carrière est indispensable pour répondre aux mutations à l’œuvre sur le marché de l’emploi et se maintenir à l’emploi.

« La formation continue est indispensable ! D’abord pour son développement personnel, mais aussi pour évoluer dans sa carrière ou se reconvertir. Si, et c’est prouvé, se former permet d’améliorer ses chances de décrocher un emploi, se former permet aussi de rester à l’emploi, a fortiori sur un marché de l’emploi ultra-compétitif et exigeant », explique Bernard Clerfayt, ministre bruxellois de l’Emploi.

Prendre congé pour se former ? C’est possible grâce au congé-éducation payé. Cours de langues, de promotion sociale, formation orientée métier, reprises des études… Ce système permet aux travailleurs du secteur privé de suivre des formations. L’atout de la mesure ? Le travailleur continue d’être rémunéré.

Chaque année, près de 6.500 travailleurs bénéficient de cette mesure. Seulement, elle souffre de plusieurs écueils. On constate que les femmes y sont sous-représentées (41 %). Les formations ne sont pas toujours adaptées pour les personnes handicapées. Enfin, les travailleurs à temps partiel sont exclus du dispositif. Or, le temps partiel est majoritairement féminin avec 40,7 % des femmes salariées tandis que les hommes ont recours au temps partiel à 11,9 %.

Face à ce constat, le ministre amarante a décidé de réformer le système du congé-éducation payé. Parmi les nouvelles mesures : la possibilité de suivre les formations à distance ou sur son lieu de travail, l’accès aux formations élargi aux travailleurs à temps partiel ou encore une augmentation du nombre d’heures de formations remboursées.

« Qu’on soit à l’emploi ou en recherche d’emploi, il est toujours bon de se former. En ouvrant l’accès au congé éducation payé aux travailleurs à temps partiel, je veux augmenter le taux de formation continue, principalement celui des femmes », ajoute Bernard Clerfayt.

Enfin, un plafond de 700.000 euros par entreprise est mis en place pour éviter certains effets d’aubaine. En effet, précédemment, il n’y avait pas de montant maximal. Résultat, deux entreprises, Audi et Securitas, consomment à elles seules plus de 30 % des 14,5 millions consacrés au congé-éducation payé.

Tags

  • Emploi et formation
  • Handicap

Actualité

Mobilité

Compte rendu de la visite de Perex par François De Smet, Amaury Alexandre et Marc Loewenstein

– 1er MARS 2024 – Le centre Perex, véritable chef d’orchestre du réseau autoroutier wallon, où technologies de pointe et collaboration stratégique s’unissent pour assurer u

01.03.2024

Actualité

DéFI

Nos 10 priorités pour les Wallonnes et les Wallons

– 1er MARS 2024 –  Pouvoir d’achat, santé, mobilité, enseignement, bonne gouvernance… À 100 jours du scrutin régional, fédéral et européen, DéFI dévoile ses 10 thèmes pr

01.03.2024