DéFI soutient l’ASBL Toi Mon Endo et s’engage dans la lutte contre l’endométriose

– LE 7 JUIN 2023 –

Les mesures mises en place pour aider à diagnostiquer, traiter et sensibiliser à l’endométriose ne sont pas suffisantes. Pour DéFI, il faut aider les associations qui luttent contre cette maladie et accélérer les mesures à tous les niveaux de pouvoir.

  • Publié le 07.06.2023

  • min.

L’endométriose est une maladie gynécologique méconnue et sous-diagnostiquée qui affecte environ 220.000 personnes en Belgique. Sensibilisation, diagnostic ou encore prise en charge, voilà les principales missions de l’ASBL Toi Mon Endo, fondée en juillet 2020.

En seulement 3 ans, le chemin parcouru par l’ASBL est particulièrement remarquable. Elle a mis en place une sensibilisation à grande échelle en partenariat avec les cliniques expertes en endométriose en Belgique. Elle a également diffusé des informations et mené des interventions multiples dans les médias, lors de conférences, de colloques médicaux, de festivals universitaires et d’autres événements. De plus, elle a lancé un projet de sensibilisation spécifique aux violences gynécologiques dans le parcours de diagnostic de l’endométriose. Ce projet vise à sensibiliser les gynécologues et les patients à cette problématique.

Aujourd’hui, cette association rencontre de nombreuses difficultés et lance un appel à l’aide dans une carte blanche publiée le 31 mai 2023. Malgré ses multiples efforts pour soutenir les personnes atteintes de cette maladie, l’association déplore le manque de reconnaissance et de financement adéquat. Elle souligne l’impact sur la santé mentale de ses membres et demande de l’aide pour assurer sa survie et poursuivre son combat.

Force est de constater que Toi Mon Endo, ainsi que d’autres associations, continuent à faire ce que le gouvernement ne fait pas, et cela dans des conditions précaires et instables. Actuellement, elles ne reçoivent aucune aide financière. Des subventions avaient été accordées par la Commission communautaire française à Toi Mon Endo en 2021 mais ces dernières tardent encore à être versées. 

Pour pouvoir continuer leur travail précieux, l’ASBL Toi Mon Endo demande, à juste titre, la reconnaissance de leurs actions par les cabinets responsables de la santé. 

Une mobilisation à tous les niveaux de pouvoir

Sophie Rohonyi, députée fédérale, interpellera le ministre de la Santé, Frank Vandenbroucke, au sujet de Toi Mon Endo et des mesures qui doivent être rapidement mises en place pour faire évoluer la situation. 

Les mandataires de la Région bruxelloise rejoignent l’effort et en feront de même au Parlement bruxellois et en Fédération Wallonie-Bruxelles.

L’endométriose a depuis trop longtemps été minimisée. Il est absolument nécessaire de renforcer la formation des professionnels de santé, mais aussi de sensibiliser les différents publics à cette maladie, que ce soit l’école, l’université, les employeurs ou les soignants.

Jonathan De Patoul

À ce jour, il est évident que des défis subsistent, notamment en termes de financement et de coordination des efforts. Il est donc crucial de poursuivre la sensibilisation, l’information et le soutien aux personnes atteintes d’endométriose afin de réduire les délais de diagnostic, d’améliorer les traitements disponibles et d’offrir un soutien adéquat aux personnes affectées par cette maladie.

Les élus DéFI continueront à faire pression sur les différentes instances pour aider Toi Mon Endo et les autres associations qui luttent contre l’endométriose. Le parti se rassemble autour d’un objectif commun : débloquer la situation et aider les 220.000 personnes touchées par cette maladie.

Tags

  • Santé

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024