Eau contaminée aux PFAS : les Wallons méritent plus de transparence ! 

– LE 14 NOVEMBRE 2023 –

DéFI en Wallonie, par la voix de son président Daniel Soudant, réagit aux explications de Céline Tellier, ministre de l’Environnement, concernant le taux bien trop élevé des substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) dans l’eau courante distribuée dans 12 communes de Wallonie.

  • Publié le 16.11.2023

  • min.

La ministre de l’environnement, Céline Tellier, s’est exprimée ce mardi face à la commission Environnement du parlement wallon sur la pollution de l’eau potable aux substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) relevée dans 12 communes de Wallonie. 

Elle a rappelé que la législation wallonne en vigueur n’était, à ce jour, pas contraire aux normes européennes prévues pour 2026. Elle a également évoqué le fait que, lors des débats parlementaires en avril 2023, les groupes politiques ont unanimement choisi de se calquer sur la législation européenne en la matière. Dès lors, le choix du gouvernement wallon a été de ne pas imposer des normes plus sévères que les normes européennes quant au taux de présence du PFAS dans l’eau. Et ce, malgré les alertes lancées par la Société wallonne des eaux (SDWE) et la caserne militaire responsable de la pollution du sol. 

D’un point de vue légal, la responsabilité de la ministre ne peut être mise en cause. Mais DéFI dénonce le manque d’attention du gouvernement wallon dans le contrôle de la qualité de l’eau distribuée.

Nous regrettons un manque total d’information sur les dangers liés à la consommation de cette eau courante. La ministre estime que le membre de son cabinet – révoqué depuis lors – a manqué de clairvoyance sur le dossier. Pour Daniel Soudant, président de DéFI Wallonie, il en va de même pour la ministre. Il semble facile d’uniquement rejeter la faute sur un membre de son administration.

Il n’empêche que cette négligence grave dans le chef de la ministre de l’Environnement a un impact sévère sur la politique de santé publique de notre région. Il est particulièrement choquant qu’un membre du parti Ecolo – attaché par définition à la défense de l’écologie – se livre à de telles largesses coupables concernant la présence de produits toxiques dans un bien de première nécessité : l’eau courante.

Les Wallons méritent une eau saine. Ils méritent aussi plus de transparence de la part de leurs dirigeants politiques. Ils n’auront ni l’un, ni l’autre dans un dossier qui montre, une nouvelle fois, une absence du moindre souci de bonne gouvernance. 

La réflexion quant à la démission éventuelle de Céline Tellier, en cas d’aggravation de l’ampleur de ce qui s’apparente à un nouveau scandale, doit rester ouverte.

Les PFAS? Explication

Selon Sciensano, “les substances per- et polyfluoroalkylées (PFAS) sont un groupe de substances chimiques fabriquées par l’homme qui sont utilisées dans une grande variété d’applications en raison de leurs propriétés hydrofuges, anti-graisse et anti-salissures. Ces produits sont notamment présents dans les textiles, les produits ménagers, la lutte contre les incendies, l’automobile, l’agroalimentaire, la construction et l’électronique. L’exposition aux PFAS peut avoir des effets néfastes sur l’environnement et sur la santé humaine et animale.”

Tags

  • Bonne gouvernance
  • Santé

Communiqué de presse

Enseignement

Réforme du rythme scolaire: DéFI Périphérie pousse pour une harmonisation

– LE LUNDI 19 FEVRIER 2024 – Nous apprenons dans la presse que plusieurs partis politiques néerlandophones (Open VLD, Vooruit, Groen et PVDA) seraient revenus sur leurs positions et se seraient p

19.02.2024

Communiqué de presse

Mobilité

Schaerbeek : la Liste du bourgmestre réagit suite à l’attribution du permis concernant la latérale Lambermont

– LE 31 JANVIER 2024 – La Région bruxelloise a délivré le permis pour la latérale au Boulevard Lambermont, suscitant une réaction mitigée de la Liste du bourgmestre de Schaerbeek. Bi

31.01.2024