Journée mondiale des infirmières : un métier en pénurie

– LE 12 MAI 2023 –

En ce 12 mai, nous célébrons la journée mondiale des infirmières et des infirmiers. À cette occasion, DéFI souhaite sensibiliser à la nécessité de rendre le métier d’infirmière plus attractif.

  • Publié le 12.05.2023

  • min.

La profession d’infirmier est un métier en pénurie. Une constatation qui fait froid dans le dos. À l’occasion de cette journée internationale dédiée à la profession, nous souhaitons revenir sur ce travail difficile mais indispensable au bon fonctionnement de notre système de santé. 

Un manque de personnel et des conditions de travail compliquées

Sophie Rohonyi, députée fédérale, et Fabian Maingain, président du comité permanent régional bruxellois de DéFI et échevin de la Ville de Bruxelles, ont récemment rencontré le personnel de l’hôpital Saint-Pierre. Dans cet établissement public, on constate presque 30 % en moins de candidats aux postes d’infirmier général ou d’infirmier spécialisé. Un immense manque à combler pour ceux qui travaillent chaque jour dans les couloirs de cet hôpital.

.
.

Cependant, les jeunes ne sont pas les seuls à se désintéresser du métier d’infirmier. On remarque également une fuite du personnel qualifié vers d’autres carrières. Les causes de ce désintérêt pour la profession? Une charge de travail trop élevée et des salaires trop bas. 

Certaines organisations de la santé, comme l’Union générale des infirmiers de Belgique, exigent plus d’engagement de la part de nos politiques pour assurer une structure de meilleure qualité. Actuellement, le manque de personnel hospitalier provoque une baisse importante dans la qualité des soins donnés aux patients.

On est en train de se mordre la queue et on va vers une crise sanitaire encore plus grave que le Covid si on ne réinvestit pas dans le secteur

Geoffrey Bezin, infirmier spécialisé au bloc opératoire à l’hôpital Erasme

Pour DéFI, la santé publique est une priorité. Il y a deux ans, le Covid a bouleversé notre système de santé et a révélé ses plus gros défauts. Nos structures souffrent à tous les niveaux d’une immense désorganisation, de divisions, de pénuries et d’un manque de financement.

De plus, la mise en place récente des barèmes IFIC (la classification des salaires en fonction des catégories de métier) devait harmoniser les rémunérations du personnel soignant. En réalité, cette politique ne prend en compte ni l’ancienneté ni l’expertise de certains travailleurs, et nombreux sont ceux qui y ont perdu une partie de leur revenu.

Dès aujourd’hui, nous demandons au gouvernement de mettre en place des mesures concrètes pour pallier cette pénurie. Il faut encourager le recrutement de personnel tout en gardant les professionnels existants dans les structures de soins. En commençant par améliorer les conditions de travail dans le secteur de la santé. Pour cela, il faut modifier les formations et réviser les rémunérations. Ces mesures sont nécessaires pour revaloriser le métier d’infirmier et donner l’envie aux jeunes de choisir cette carrière.

Retrouvez nos propositions pour revaloriser la profession infirmière dans notre axe thématique « Rendre le contrat social plus juste »

Tags

  • Emploi
  • Emploi et formation
  • Santé

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024