« L’usager doit être au centre des politiques de mobilité »

LE JEUDI 25 MARS 2021

A l’occasion de la journée des transports en commun, les députés Marc Loewenstein et Jonathan de Patoul se penchent sur la question de la mobilité à Bruxelles.

  • Publié le 25.03.2021

  • min.

Quels sont les points positifs de la mobilité à Bruxelles ?

Marc Loewenstein (M. L.) : L’avantage est que Bruxelles a une diversité d’options qui peuvent correspondre aux besoins de tous les usagers et facilement accessibles avec STIB, TEC, De Lijn et SNCB. Ça permet à tout le monde de pouvoir s’y retrouver.

Jonathan de Patoul (J. d. P.) : Maintenant avec cette offre diversifiée, il faut travailler sur les jonctions des trajets et les correspondances.

Traverser Bruxelles en train, une solution ?

J. d. P. : Il y a 35 gares à Bruxelles et donc l’idée, c’est de renforcer ce réseau car c’est un moyen de transport efficace pour parcourir la ville d’un point à l’autre de manière assez agréable et assez rapide. Pour l’instant, la fréquence de ce réseau n’est pas assez importante ce qui ne pousse pas spécialement les gens à l’utiliser.
M. L. : L’objectif pour nous, c’est d’avoir 4 trains par heure. A certains endroits, c’est déjà le cas, mais pas partout. Aujourd’hui, le réseau S (trains intra-bruxellois) n’est pas exploité à sa juste valeur.
J. d. P. : Il faut rendre ce réseau plus visible et il faut augmenter cette fréquence car les gens savent que ça existe. Les usagers ne le prennent pas, vu que par endroit, il n’y a qu’un train par heure et s’ils le ratent, ils sont embêtés. Et puis, il y a cette image de peu de fréquence donc peu efficace.

Un projet est lancé pour faciliter la mobilité à Bruxelles, l’application Move.Brussels, pouvez-vous nous en dire plus ?

M. L. : L’objectif, c’est de mettre la mobilité au service des usagers et pas que les usagers soient confrontés à un outil de transport avec ses spécificités : le client est au centre. Le Move.Brussels actuel est un projet pilote qui a été lancé et qui travaille avec les opérateurs de transports publics, la Stib, De Lijn, les TEC et la SNCB, il y a aussi quelques outils de micro-mobilité privée. L’objectif c’est de fédérer autour du projet tous les acteurs de la mobilité à Bruxelles et de permettre à l’usager de planifier son trajet d’un point A à un point B. Il coche les transports qu’il est prêt à utiliser et l’application génère le chemin le plus efficace pour lui : soit le plus rapide, soit le moins cher. Aujourd’hui, si l’usager veut prendre le tram, il peut prendre son ticket via l’application et s’il veut utiliser une trottinette électrique, Move.Brussels le renvoie vers l’application du loueur. L’étape suivante serait que l’utilisateur puisse tout payer sur une seule application. L’étape encore d’après serait d’avoir des prix dégressifs.

Tags

  • Mobilité
Olivier Maingain

Actualité

Défense des francophones

Olivier Maingain a rendu son rapport: “La Flandre n’arrêtera pas sa marche en avant”

– LE 6 MAI 2024 – Après avoir consulté une centaine d’acteurs issus de secteurs dépendant de la Fédération Wallonie-Bruxelles, l’agent de liaison intra-francophone Olivier Mai

06.05.2024

Embouteillage

Actualité

Bonne gouvernance DéFI Gestion de l'espace public

DéFI se mobilise pour le Carrefour Léonard

– LE 2 MAI 2024 – DéFI a proposé au conseil provincial du Brabant wallon une motion de recommandation concernant les travaux du carrefour Léonard.

02.05.2024