Projet Batopin : Une personne sur cinq reconnaît être désorientée et stressée par la société qui se numérise trop rapidement

LE JEUDI 23 SEPTEMBRE 2021

Batopin a été créée en mars 2020 à l’initiative des quatre grandes banques Belfius, BNP Paribas Fortis, ING et KBC. Elles développeront ensemble un réseau de distributeurs automatiques neutres de billets, indépendants de leurs propres agences bancaires. Les distributeurs propres à chacune des quatre grandes banques seront, quant à eux, progressivement supprimés d’ici fin 2024.

Ce jeudi 23 septembre, François De Smet, député fédéral DéFI, s’inquiétait de la fracture numérique engendrée par cette décision. Il interpellait, Eva De Bleeker, secrétaire d’Etat à la protection des consommateurs (remplacée par le ministre Dermagne), sur le sujet en séance plénière à La Chambre.

  • Publié le 23.09.2021

  • min.

1 personne sur 5 est stressée par la société qui se numérise

Selon la BCE, en 2019, le liquide représentait 58% des paiements effectués en Belgique. Par ailleurs, depuis 2016, les paiements en liquide n’ont baissé que de 5%. En ce qui concerne les distributeurs de billets, selon Febelfin, en 2019, la Belgique en comptait 7.469,  contre 8.754 en 2015. Actuellement, nous nous situons dans la moyenne européenne mais cela pourrait bien changer.

En effet, en janvier 2020, les quatre grandes banques du pays annonçaient leur volonté de s’unir pour “optimiser” leur réseau d’appareils en créant l’opérateur Batopin, qui prévoit la disparition, fin 2024, de plus de 50% de leurs distributeurs. Le maintien d’un point de retrait dans un rayon de 5 km du domicile serait garanti pour 95% des Belges.« Or nous savons que les personnes les plus vulnérables numériquement se sentent déjà abandonnées suite à la digitalisation de l’économie et des moyens de paiement. Selon une étude publiée en septembre 2017 sur le site internet de la Ligue des familles, une personne sur cinq reconnaît être désorientée et stressée par la société qui se numérise trop rapidement » constate François De Smet.

7 communes wallonnes sans distributeurs sur leur territoire

Mais ce n’est pas tout, remarque François De Smet. « Pour les personnes en précarité, l’argent liquide est également très important, notamment pour gérer leur budget. A notre sens, le paiement en liquide doit donc toujours être possible et accessible, et ce, pour tout le monde. 

Ce n’est pas une question de génération, de ville et de campagne, c’est une question de droit et de sécurité. On a le droit d’utiliser de l’argent liquide et d’avoir peur de se faire hacker avec des opérations en ligne. Il est temps que les banques, sauvées en 2008 par l’État, se souviennent de la responsabilité sociétale qui est la leur dans l’octroi d’un service bancaire de base. »

Ce n’est pas une question de génération, de ville et de campagne, c’est une question de droit et de sécurité.

François De Smet

Tags

  • Droit des consommateurs

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024