Survol aérien – La commune d’Auderghem rappelle ses exigences au Gouvernement fédéral

– LE 21 SEPTEMBRE 2022 –

Depuis plusieurs mois, les habitants de la commune d’Auderghem subissent une augmentation de l’intensité du survol aérien généré par les décollages et atterrissages depuis l’aéroport de Bruxelles-National.

  • Publié le 21.09.2022

  • min.

Trois jugements favorables du Tribunal de première instance francophone de Bruxelles du 19 juillet 2017, du 1er février 2019 et du 9 décembre 2020 ont condamné l’État belge à communiquer à chacune des parties concernées, pour le 1er juin 2022 au plus tard, une étude d’incidences sur les nuisances sonores liées à l’aéroport de Bruxelles.

La commune d’Auderghem, partie prenante de ses trois actions en justice, a décidé ce mardi 20 septembre de prendre acte de l’étude d’incidences relative à l’exploitation de l’aéroport et de ses différents scénarios tout en demandant d’étudier deux nouvelles variantes afin d’étudier l’impact d’une extension de la nuit de 22h à 7h du matin et d’un recul de la piste 25L de 1.800 mètres.

La commune d’Auderghem a également rappelé dans cet avis ses exigences auprès du Gouvernement fédéral. Auderghem demande ainsi :

  • de confirmer de manière absolue le principe du non survol des zones densément peuplées afin de respecter l’intérêt général, la santé publique et la sécurité des populations; et de considérer que tout le territoire de la Région bruxelloise, en ce compris la zone du Canal, est densément peuplé ;
  • d’adopter les procédures et routes aériennes conformément au projet d’études d’incidences ;
  • de veiller à éviter le survol des zones les plus densément peuplées ;
  • de veiller au strict respect des normes de vent applicables sur les pistes 01-19, 07-25 et garantir la transparence totale à cet égard ;
  • d’établir un cadastre dynamique de bruit englobant toutes les zones survolées ;
  • de développer une stratégie aéroportuaire nationale en vue d’une meilleure répartition, vers les aéroports régionaux, des activités de fret et de charter/low cost ;
  • d’instaurer une autorité publique, indépendante et neutre, de contrôle des nuisances sonores aériennes autour de Bruxelles-National, et favoriser les accords de coopération avec les différentes régions du pays ;
  • de respecter l’arrêté bruit de la Région bruxelloise du 27 mai 1999, entré en vigueur le 1er janvier 2000, ainsi que toutes les décisions de justice exécutables ;
  • d’exiger que soit strictement sanctionné tout non-respect des routes aériennes ;
  • d’étudier, en collaboration avec les autorités régionales compétentes et les associations représentatives, la mise en place d’un plan d’insonorisation globale des zones résiduellement survolées.

« Il est grand temps que le Gouvernement fédéral, qui est le seul à pouvoir déterminer les routes aériennes, respecte les différents jugements et trouve une solution pérenne pour définir les routes et les procédures de vol en évitant les zones densément peuplées » lance la bourgmestre, Sophie de Vos. « La commune d’Auderghem est totalement investie, depuis plus de 20 ans dans ce dossier et nous continuerons à défendre les préoccupations légitimes des riverains impactés par le survol intensif de notre commune ».

Tags

  • Environnement
  • Mobilité
  • Santé

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024