Suspension de l’accueil des hommes seuls : une situation de non-droit à laquelle s’oppose DéFI

– LE 20 SEPTEMBRE 2023 –

Le 29 août dernier, Nicole de Moor, secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, a annoncé vouloir suspendre l’accueil des hommes célibataires pour favoriser l’accueil des enfants, des femmes et des familles. Cette décision met la Belgique dans une situation de non-respect de la loi à laquelle s’oppose fermement DéFI.

  • Publié le 20.09.2023

  • min.

Chaque année, à l’approche de l’hiver, une question revient sur la table. Comment gérer humainement l’afflux migratoire et éviter que des demandeurs d’asile ne se retrouvent à la rue pendant les périodes de froideur extrême? 

C’est en voulant répondre à cette problématique que Nicole de Moor, secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, a décidé de favoriser l’accueil des femmes, des enfants et des familles à l’instar de l’accueil des hommes seuls. 

Cette nouvelle politique est complètement illégale ! Pour DéFI, c’est inacceptable. Ce mercredi 20 septembre, François de Smet, député au parlement fédéral, s’est rendu à la commission de l’Intérieur pour interpeller Nicole de Moor.

Mais, malgré les voix mécontentes des députés fédéraux, les avertissements de la Commission européenne et malgré le feu rouge du Conseil d’État, Nicole de Moor n’en démord pas et plonge la Belgique dans une zone de non-droit qui mènera vraisemblablement à des milliers de condamnations. 

La responsabilité de la secrétaire d’État en charge de l’Asile et de la Migration, ce n’est pas de choisir entre les hommes, les femmes et les enfants. Son travail, c’est de faire en sorte de ne pas avoir à le faire et de ne pas se trouver dans une situation pareille. Cette décision est un échec cuisant.

Être contraint aujourd’hui par les événements n’est pas une excuse. Gouverner, c’est prévoir. Et gouverner en matière migratoire, c’est prévoir encore plus fortement parce que des vies humaines sont directement en jeu

François De Smet

Nos propositions pour une meilleure politique d’accueil

Dans cette affaire, les droits humains sont une fois de plus gravement mis à mal. Chez DéFI, porter une politique migratoire d’asile et d’accueil plus juste, pragmatique, et intransigeante sur les droits humains est une condition nécessaire pour refaire de la Belgique un État régalien ! 

L’accueil des demandeurs d’asile est une obligation légale et humanitaire. C’est aussi une ligne rouge, quelles que soient les opinions que l’on puisse avoir sur la question migratoire par ailleurs. Le gouvernement doit mobiliser ses ressources pour pallier cette crise.

Cela n’empêche que la crise migratoire, globalement, ne pourra se résoudre que par une harmonisation européenne de la gestion de l’asile.

Par ailleurs, il est temps d’enfin faire évoluer la politique en termes de régularisation, en inscrivant des critères clairs dans la loi pour permettre aux sans-papiers ayant des compétences dans des métiers en pénurie de main d’oeuvre de renforcer notre économie. Nous proposons d’articuler la migration autour des besoins économiques des Belges, ce qui permettrait à la fois de diminuer le flux de migrants qui arrive sur notre territoire de manière irrégulière et de contribuer à faire de la migration un enjeu plus juste et moins arbitraire.  

Dès lors, DéFI demande que notre pays soutienne auprès des instances européennes une position intégratrice ambitieuse et forte en matière d’immigration au sein de l’Union européenne.

Tags

  • Droits humains
  • Migration

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024