DéFI vote NON à la deuxième modification budgétaire de la Province du Brabant wallon

– Le 5 juillet 2023 –

Lors du dernier Conseil provincial du Brabant wallon de cette année académique, l’ordre du jour était bien chargé. Le point principal étant la deuxième modification budgétaire.
Le groupe DéFI a voté NON ! D’autres interpellations ont été faites au Collège par nos 3 conseillers provinciaux.

  • Publié le 05.07.2023

  • min.

Au nom du groupe DéFI, c’est Pierre Pinte qui a exprimé nos conclusions à propos de cet ajustement budgétaire.

Il a tout d’abord remercié le Collège et l’ensemble de l’Administration provinciale pour l’important travail et pour la qualité des documents fournis comme pour les réponses précises et circonstanciées qui ont été apportées en commission.

Et Pierre Pinte de s’exprimer positivement : « Si, dans un mouvement de panique, le Collège avait pu amputer des politiques provinciales au profit d’un principe d’extrême prudence, c’est, au contraire, une dynamique optimiste sans être imprudente qui avait été choisie au moment de l’élaboration du budget initial et les dépenses semblent confirmer les prévisions de la majorité. Comme vous le savez, mon groupe politique, bien que siégeant dans l’opposition, se fait un point d’honneur à souligner vos politiques quand elles sont bonnes! ».

Il a cependant relevé plusieurs points d’inquiétudes voir de désaccord dans cette modification budgétaire.

Première inquiétude, malgré un relevé du SPF Finances qui prévoit un supplément de 46.834 euros de dépenses en matière de pensions, le Fonds de roulement ordinaire qui avait été constitué pour faire face aux dépenses de pensions n’a pas été utilisé. Ce qui fait craindre que la prévision de décomptes à venir soit particulièrement lourde pour la Province.

Seconde inquiétude, un Fonds de roulement ordinaire avait été constitué en vue de la prise en charge d’un plan de Relance post-Covid. Ce fonds prévoyait un peu moins de 2.700.000 euros.

Alors que nous sommes à la moitié de l’année, aucune action significative n’est portée vers le administrés victimes de la pandémie. Ce n’est pourtant pas faute de lire des annonces de fermetures de petites et moyennes entreprises sur le territoire provincial.

Il a déploré devant l’assemblée qu’une action plus volontariste n’ait pas été déployée et prévue dans ce domaine pour les mois à venir vu les moyens financiers disponibles et les besoins.

Enfin, troisième inquiétude qui a poussé à refuser la modification budgétaire, c’est l’inscription en non-valeurs de montants à concurrence de 337.119 euros pour la récupération de frais avancés par la Province aux familles de nos élèves.

Et Pierre Pinte de souligner que « plusieurs notes de l’administration se contredisent sur le bien fondé de cette décision. Du Code civil à la Constitution belge en passant par le Code de la Démocratie Locale, on nous prétend que des avances récupérables de frais scolaires ne peuvent être réclamées aux familles alors même que certaines d’entre-elles auraient remboursé ces frais sur base purement volontaire. Cette mesure nous paraît particulièrement injuste pour les familles qui ont bel et bien acquitté ces montants et qui par le biais de leurs taxes provinciales vont les acquitter une seconde fois pour les enfants de ceux qui n’ont pas payé en temps et en heure ».

Et de poursuivre : « Par ailleurs, le décret de la Fédération Wallonie-Bruxelles relatif aux avantages sociaux tel que modifié le 30 avril 2009, nous semble foulé aux pieds par cette décision. A tout le moins, l’esprit de ce décret qui prévoit une équité entre les frais offerts dans le réseau officiel de la Province et les réseaux libres n’est clairement pas appliqué. Nous le regrettons ! Nous déplorons qu’aucune créativité ou concertation avec les débiteurs n’ait permis un règlement plus juste et plus équitable de la situation. »

C’est donc un « NON » qui a été voté par nos trois conseillers provinciaux.

Luc D’Hondt, chef de groupe, a quant à lui interpellé le Collège à propos d’un internat pour l’enseignement spécialisé qui ne correspondrait pas aux normes

Josiane Conrardy a également posé une question en huis clos sur le remplacement d’une directrice d’école.

 

Tags

  • Bonne gouvernance

Actualité

Mobilité

Compte rendu de la visite de Perex par François De Smet, Amaury Alexandre et Marc Loewenstein

– 1er MARS 2024 – Le centre Perex, véritable chef d’orchestre du réseau autoroutier wallon, où technologies de pointe et collaboration stratégique s’unissent pour assurer u

01.03.2024

Actualité

DéFI

Nos 10 priorités pour les Wallonnes et les Wallons

– 1er MARS 2024 –  Pouvoir d’achat, santé, mobilité, enseignement, bonne gouvernance… À 100 jours du scrutin régional, fédéral et européen, DéFI dévoile ses 10 thèmes pr

01.03.2024