Michel Claise, candidat chez DéFI :
remettre la Justice et l’intégrité au coeur de la politique

– LE 9 JANVIER 2024 – 

Tout juste retraité, Michel Claise se lance dans une nouvelle aventure politique au sein du parti DéFI. Il se présentera comme candidat amarante à la Chambre des représentants lors des prochaines élections du 9 juin 2024. Michel Claise occupera la troisième place sur la liste fédérale, derrière le président François De Smet et la députée Sophie Rohonyi dans la circonscription de Bruxelles-capitale (qui inclut les 6 communes à facilités). Telle est la proposition de la commission électorale, qui devra être validée par le Conseil général.

  • Publié le 09.01.2024

  • min.

À 68 ans, Michel Claise a vécu plusieurs vies. Homme de loi durant la majorité de son parcours mais également écrivain, consultant, enseignant, chroniqueur ou encore docteur honoris causa à l’Université de Liège, il ajoute dès aujourd’hui un nouveau chapitre politique à sa carrière.

En rejoignant DéFI, le juge d’instruction honoraire (2001-2024) veut “aller de l’avant” et “oeuvrer à une société meilleure”.

“Avant toute chose, je suis un humaniste. Ce qui m’intéresse, c’est le respect de la citoyenneté. J’ai un sentiment égalitaire très poussé et j’estime que la démocratie sociale est une valeur que nous avions acquise et qui est en train de s’effilocher petit à petit”, explique Michel Claise. Ce dernier s’est rapproché de DéFI en raison des valeurs prônées par le parti amarante. “C’est le programme politique qui m’a persuadé et, ce qui est tout bonnement exceptionnel, je n’ai trouvé aucun point de désaccord avec les éléments revendiqués par DéFI”, souligne-t-il.

Dans son nouveau rôle, il fera valoir son expérience au sein de la justice belge afin de contribuer à rendre le système plus juste et respectueux des citoyens. Spécialisé dans la lutte contre la criminalité financière, Michel Claise tirera avantage de son expertise dans plusieurs dossiers liés à la criminalité financière (Panama Papers, SwissLeaks, Football Leaks, …) pour en faire le fer de lance de son engagement.

Autre cheval de bataille pour Michel Claise: la culture, qui occupe également une place essentielle dans son cœur. Il est notamment l’auteur de plusieurs romans à succès (Cobre, Crime d’Initiés, Les poches cousues, saga Salle des pas perdus, etc.) et a été président du Théâtre des Martyrs, à Bruxelles, dont il est d’ailleurs toujours administrateur.

Du côté de DéFI, cette nouvelle arrivée est accueillie avec enthousiasme. “Michel Claise, c’est avant tout une expertise hors-norme dans deux matières qui m’ont poussée à m’engager en politique: la lutte contre les injustices mais aussi contre la corruption. Cette insupportable habitude de se servir, au lien de servir. Michel Claise, c’est aussi un franc-parler, un discours-vérité basé sur des faits, des chiffres, qui poussera nos autorités à réinvestir dans notre Justice, dans notre police, et donc dans notre sécurité. Ce réinvestissement ne doit plus être forcé par les circonstances (un énième attentat, une énième tuerie dans nos rues…), mais assumé par une réelle volonté politique”, pointe Sophie Rohonyi, députée fédérale.

“Nous pensons que la prochaine législature devra être régalienne et se recentrer sur l’essentiel: police, justice, solidarité. Il est temps de réparer, renforcer l’Etat qui n’est plus en mesure de remplir ses obligations de base en police, justice, mais aussi, demain en termes de redistribution, de pensions ou de sécurité énergétique. Nous voulons un Etat plus fort, plus régulateur, plus stratège. Mieux administré, plus économe. Je demande au peuple belge, et au peuple bruxellois en particulier, de se mobiliser massivement pour envoyer Michel Claise au Parlement fédéral, et secouer ainsi les partis politiques traditionnels. Michel est un gage de bonne gestion. Il a consacré toute sa vie au service de son pays et de l’idée qu’il se fait de la justice au sens le plus large du terme. L’amener au Parlement fédéral, c’est garantir que plus aucun gouvernement, plus aucun ministre de la justice, ne dormira tranquille. Ce sera un gain pour tous les Belges.” conclut le président de DéFI, François De Smet.

Tags

  • DéFI

Communiqué de presse

Enseignement

Réforme du rythme scolaire: DéFI Périphérie pousse pour une harmonisation

– LE LUNDI 19 FEVRIER 2024 – Nous apprenons dans la presse que plusieurs partis politiques néerlandophones (Open VLD, Vooruit, Groen et PVDA) seraient revenus sur leurs positions et se seraient p

19.02.2024

Communiqué de presse

Mobilité

Schaerbeek : la Liste du bourgmestre réagit suite à l’attribution du permis concernant la latérale Lambermont

– LE 31 JANVIER 2024 – La Région bruxelloise a délivré le permis pour la latérale au Boulevard Lambermont, suscitant une réaction mitigée de la Liste du bourgmestre de Schaerbeek. Bi

31.01.2024