Sauvegarde de la biodiversité et lutte contre le dérèglement climatique : il est temps
d’être (éco)logiques

– LE 11 JUILLET 2023 –

Il n’est pas l’heure d’une “pause” comme l’a préconisé le Premier ministre, mais bien de faire plus et mieux. Le constat est clair, la progression inéluctable de l’extraction de nos ressources naturelles n’est pas durable, nous vivons à crédit sur le dos des générations futures. Le jour du dépassement est de plus en plus proche chaque année. Il nous faut absolument passer à la vitesse supérieure, mais loin des dogmes de tous bords. La transition écologique doit être positive!

  • Publié le 11.07.2023

  • min.

Un monde du passé

Nous “payons”, aujourd’hui, parfois sans nous en rendre compte, les pots cassés de décisions d’un autre temps. Nombreux sont, en effet, les emplois et entreprises qui vivent grâce à des activités ayant un impact négatif sur notre environnement. Le système s’enrhume, mais c’est notre planète qui tousse. Plus la planète se détériore, plus l’humanité est en danger.

Le doute n’est plus d’actualité, il y a urgence. Pour faire face à un des plus grands défis de notre histoire, il nous faut pousser pour une transition qui soit positive et concertée. Imposer un nouveau modèle aux citoyens sans les inclure dans les réflexions et le processus décisionnel, ne fonctionnera pas.

Le secteur économique doit lui aussi clairement être impliqué​. Sans des activités économiques innovantes nous ne réussirons pas à répondre à nos besoins en matière de mobilité, de logement, d’alimentation, de logistique, de santé…

Croissance qualitative en opposition à la décroissance

Aujourd’hui les limites de notre système nous explosent à la figure, mais reconnaissons que ce système nous a permis d’atteindre un certain niveau de vie et de confort (même si la question du niveau de confort est assez subjective), preuve en est l’augmentation de l’espérance de vie.

Force est de constater que de nombreuses inégalités sociales subsistent autour de cette notion de bien-être. En parallèle de l’urgence climatique et de la perte de biodiversité, il nous faut également prendre à bras le corps la lutte contre les inégalités sociales et garantir à chacun et chacune les moyens d’atteindre un niveau de bien-être suffisant.

Sur ces questions, il nous faut être maintenant concrets et pragmatiques. Non, la sauvegarde de notre planète ne consiste pas nécessairement à retourner à l’âge de pierre et il est possible de garantir un certain niveau de vie tout en protégeant l’environnement au lieu de le détruire.

En Wallonie, une entreprise comme Ecostéryl développe une technologie permettant la décontamination et le recyclage des déchets hospitaliers. A Bruxelles, une coopérative comme Urbike souhaite désengorger les villes en livrant 25 % des marchandises à vélo.

Dans les deux cas, l’on crée un cercle vertueux, plus écologique, plus économique et qui crée de l’emploi local. C’est cela la croissance qualitative.

L’énergie

Aujourd’hui, la décarbonation de notre énergie s’impose comme une évidence pour limiter le réchauffement de notre planète à moins de deux degrés celsius. L’énergie la plus décarbonée et la plus économique est en réalité celle que l’on ne consomme pas. Ne nous leurrons pas, les solutions ne viendront pas toutes des technologies, le changement passera nécessairement par un changement d’habitude.

Pour cela, il nous faut également assurer une production d’énergie qui puisse satisfaire aux besoins – certes réduits – de notre société. Le “tout renouvelable” n’est ni réaliste, ni suffisant, et le nucléaire comme nous le connaissons aujourd’hui, n’est pas une option à long terme.

La révolution énergétique de notre société doit passer par la modération et l’efficience, le développement massif de production d’énergie renouvelable, la création d’un marché commun européen de l’énergie et l’investissement dans la recherche.

Sortir de l’immobilisme

COP après COP, les belles déclarations se succèdent et les émissions de gaz à effet de serre … augmentent. Le momentum actuel ne nous permet plus de voir venir le dérèglement climatique, il est déjà là. Des actions concrètes doivent être portées et sont possibles rapidement.

Le tout dans une transition positive et inclusive en opposition aux dogmatismes ambiants sur la question. Les questions du climat et de la biodiversité ne relèvent pas d’un parti et ne peuvent en aucun cas être un jouet électoral qu’on se permet de mettre en pause pour satisfaire un certain électorat.

Nous devons être fédérateurs et nos efforts doivent être communs et réalistes.

Une carte blanche de Jonathan de Patoul, Marie Nagy et Amaury Alexandre, députés bruxellois et député provincial parue dans Le Vif 

Tags

  • Climat
  • Energie
  • Environnement
  • Jeunesse

Actualité

Mobilité

Nouveaux tarifs SNCB : un non-sens pour les seniors et familles nombreuses

– LE 9 FEVRIER 2024 – La SNCB annonce la suppression de son forfait pour les seniors et la carte de réduction destinée aux familles nombreuses. Pour DéFI, cette mesure est inacceptable,

09.02.2024

Actualité

Bonne gouvernance Démocratie Gouvernance Services aux citoyens

Les Wallons et la politique : l’alternative s’appelle DéFI

– LE 6 FÉVRIER 2024 – Chez DéFI, associer davantage les citoyens à la prise de décision, rationaliser les institutions ou encore le nombre d’élus pour plus d’efficacité et moins de dépe

06.02.2024